-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Baltic Air Policing

Baltic Air Policing

La sauvegarde de l'espace aérien de l'OTAN est une responsabilité collective de ses États membres. Cela nécessite des ressources de défense aérienne disponibles en très peu de temps.

Pour les membres qui n'ont pas la pleine capacité d'équipement de défense aérienne au sein de leurs armées respectives (Luxembourg, Islande, Slovénie et États baltes), il existe des accords avec l'Alliance pour garantir la sécurité de leur espace aérien. Dans le cas des États baltes (Estonie, Lituanie, Lettonie), l'OTAN fournit des capacités de police aérienne en alternance pour assurer la mission.

En mars 2004, la Belgique a été la première nation à protéger l'espace aérien au-dessus des trois États baltes depuis son adhésion à l'OTAN. Depuis, notre pays a déjà pris le commandement de la mission à sept reprises. La rotation dure quatre mois et implique une surveillance du ciel 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Les F-16 belges mènent des interventions d'urgence : tout avion qui ne communique pas son plan de vol sera escorté jusqu’à sa sortie de la zone contrôlée.

Cette mission de police de l’air contribue à renforcer et à protéger l'intégrité de l'espace aérien de l'OTAN dans la région balte. La police aérienne de l'OTAN est supervisée par le commandement aérien allié et est contrôlée tactiquement par deux centres d'opérations aériennes combinées : Uedem en Allemagne et Torrejon en Espagne.

En 2020, une rotation de quatre avions F-16 sera organisée et quelque 60 militaires seront déployés sur une base en Lituanie.

articles récents

Les F-16 belges restent les chiens de garde de l’espace aérien balte

Depuis 2004, la Défense met son personnel et ses moyens à disposition de l'OTAN dans le cadre de l'opération Baltic Air Policing (BAP). Quatre F-16 belges sont disponibles 24 heures sur 24 à la base aérienne lituanienne de Šiauliai pour effectuer des interventions. « Nos appareils sont intervenus vingt fois depuis septembre 2019 », précise le colonel Van Thienen, commandant du détachement.