L'évolution de la Défense

Plan STAR approuvé

Organisation

Le 17 juin, le gouvernement a approuvé le plan STAR. STAR, qui signifie Sécurité/Service – Technologie – Ambition – Résilience, a vu le jour sous l’égide de la ministre de la Défense Ludivine Dedonder et définit les futures lignes politiques du département de la défense. Le plan, qui présente une vision stratégique jusqu’en 2030, met l’accent sur le personnel et la déployabilité opérationnelle des Composantes. Un aperçu court, mais certainement pas complet.

La Défense recevra un coup de pouce tant financier que mental et pourra d’autant mieux contribuer à ses missions sur le territoire national et à l’étranger.

Plan STAR approuvé

Le personnel au premier rang

Le plan STAR donne priorité au bien-être du personnel de la Défense, la force motrice de l’organisation.  En mars, dans un premier temps, la revalorisation des rémunérations a été mise en œuvre. À l’avenir, la procédure de promotion sociale sera simplifiée, tout comme l’accès à la formation et à l’éducation. La construction de deux nouveaux quartiers et une meilleure répartition des capacités permettront également de réduire la distance de déplacement. De plus, la Défense s’engage en faveur de la diversité et de l’inclusion, et se veut ainsi le reflet de la société. Tout cela pour remercier et continuer à motiver les militaires actuels, mais aussi pour atteindre les objectifs de recrutement. D’ici à 2030, nous voulons à nouveau compter 29 000 membres du personnel. De cette façon, la déployabilité de l’organisation reste garantie.

Nouvelles capacités duales

Le plan STAR met également l’accent sur les capacités ‘duales’ : des capacités qui sont achetées par la Défense et déployées dans le cadre d’opérations militaires, mais qui peuvent (et seront) également utilisées pour assister les services d’urgence dans le pays en cas de crise. Il y aura notamment une nouvelle plateforme logistique et des ressources supplémentaires pour les troupes du Génie pour aider les Services de Protection Civile en cas de besoin. L’hôpital militaire deviendra un hub médical et collaborera avec des centres de recherche et des hôpitaux universitaires et civils.

Également à l’ordre du jour, le renforcement du Service Général du Renseignement et de la Sécurité. L’expansion des cybercapacités défensives et offensives et le renforcement général des autres Composantes complètent le tableau.

Collaborations internationales

La Défense continuera à coopérer avec les partenaires européens et à renforcer les partenariats. Pensez par exemple au projet CaMo (Beldefnews | « CaMo » présenté à l’Eurosatory (mil.be)), un nouveau partenariat stratégique franco-belge qui modernisera la Brigade motorisée. Les collaborations bilatérales seront également renforcées et la Belgique continuera, bien sûr, à contribuer aux programmes multinationaux menés par diverses agences européennes ou transatlantiques dans le domaine de la défense.

Tout cela permettra à nos forces armées de contribuer encore plus à la sécurité de nos concitoyens.

La ministre de la Défense, Ludivine Dedonder : « Avec le plan STAR, nous restaurons d’abord et avant tout l’équilibre au sein de notre organisation. Nous optons résolument pour une Défense qui a une place centrale au sein de notre société, qui veille à la sécurité et qui est au service de la population belge. Il s’agit d’un plan ambitieux et cohérent qui permettra d’équiper la Défense de matériel de haute technologie dans l’intérêt de la résilience du département et de notre pays. Avec la trajectoire de croissance budgétaire qui l’accompagne, nous fournissons les ressources financières nécessaires pour poursuivre la reconstruction et le développement de la Défense, sans perdre de vue le bien-être du personnel. Un budget est prévu pour les capacités – tant les capacités purement militaires que les capacités duales, les initiatives en matière de fonctionnement et de personnel pour assurer l’avenir de la Défense. Le personnel est le moteur du département, et nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour qu’il travaille dans les meilleures et les plus sûres conditions possibles dans l’intérêt de la sécurité de notre pays et de la population. En outre, nous misons beaucoup sur l’innovation ainsi que la recherche et le développement de capacités futures, avec une base industrielle belge solide où la Défense travaillera comme un incubateur main dans la main avec nos entreprises et centres de recherche belges. »

Nos missions

Notre sécurité commence à l'étranger. C'est pourquoi des centaines de militaires donnent chaque jour le meilleur d'eux-mêmes sur les théâtres d'opération du monde entier.

Notre mission

Mali

La Belgique participe à deux opérations au Mali en Afrique : la mission de maintien de la paix des Nations unies (MINUSMA) et la mission de formation de l'Union européenne (EUTM).

Notre Mission Mali

Notre mission

Niger

Le Niger est confronté à de graves problèmes de sécurité en raison de sa situation géographique. La Défense entend contribuer à résoudre cette situation en renforçant les capacités militaires du pays et en le soutenant dans sa lutte contre le terrorisme.

Notre Mission Niger

Notre mission

Europe de l'Est

Les relations avec la Russie sont à nouveau tendues depuis 2014. Afin de montrer sa détermination, l'OTAN renforce sa présence en Europe de l'Est, tant sur terre (Enhanced Forward Presence) que dans les airs (Baltic Air Policing) et en mer (Standing NATO Mine Countermeasures Group). Le 24 février 2022, avec l’invasion russe de l’Ukraine, il est devenu évident que les efforts de l’OTAN ne sont pas superflus.

Notre Mission Europe de l'Est

Notre mission

Belgique : SEDEE

Le Service d’Enlèvement et de Destruction d’Engins Explosifs (SEDEE) a son quartier général à Oud-Heverlee. Il se charge de neutraliser, de démanteler et d’évacuer les munitions et les explosifs non explosés abandonnés.

Notre Mission Belgique : SEDEE

Notre mission

le Benelux : QRA

Notre Composante Air, avec les Pays-Bas, surveille en permanence l'espace aérien du Benelux. Un système et des opérateurs radar gardent constamment l’œil ouvert. Les avions de combat peuvent intercepter, contrôler et, si nécessaire, neutraliser les avions suspects dans l'espace aérien pour protéger la Belgique et ses habitants.

Notre Mission le Benelux : QRA

Notre mission

Moyen-Orient

La Belgique est présente au Moyen-Orient dans le cadre de l’Opération Desert Falcon (ODF) depuis 2014. Celle-ci s’inscrit au sein du dispositif Inherent Resolve de la coalition internationale luttant contre Daesh.

Notre Mission Moyen-Orient
Travailler à la Défense

Plus qu'un job, une mission.