-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Opérations maritimes

Opérations maritimes

Les quatorze navires de la Composante Marine accomplissent leurs missions devant la côte belge mais aussi loin du pays.

Dans les eaux territoriales belges, il est question de :

  • aider ou sauver les personnes ou navires en détresse ;
  • détection de la pollution ;
  • contrôler la pêche ;
  • fournir un appui à la police et aux douanes ;
  • détruire les explosifs en mer ;
  • fournir une aide dans la formation des officiers de la Marine marchande ;
  • contrôler des eaux territoriales belges.

Nos navires participent régulièrement à des opérations ou des exercices de l’OTAN, des Nations Unies ou de l’UE. Songez à la lutte contre les mines en mer Baltique ou la chasse aux pirates dans la Corne de l’Afrique.

Sophia

L'opération Sophia est l'un des « instruments » de l'Union européenne visant à sauver des vies en Méditerranée. Cette mission de la flotte européenne EUNAVFOR MED a pour objectif de déstabiliser le « business » des passeurs et autres trafiquants d'êtres humains.

Vingt-cinq pays participent à l'opération Sophia. Leurs navires et leurs avions patrouillent dans la partie centrale de la mer Méditerranée entre l'Italie et la Libye. Sur place, les équipages cherchent à détecter, saisir et éventuellement anéantir les moyens de contrebande. Ils luttent également contre le trafic d'armes dans la région et entraînent la garde côtière libyenne.

Deux militaires belges travaillent en permanence dans le quartier général opérationnel de Rome tandis que l'un de leurs collègues occupe un poste dans le QG avancé du navire de commandement.

La Belgique a déjà sollicité le navire de soutien logistique A960 Godetia ainsi que les frégates F930 Léopold I et F931 Louise-Marie dans le cadre de cette mission.

L'opération porte le nom d'une jeune fille née le 24 août 2015 à bord d'un navire de l'EUNAVFOR MED.

Atalanta

Avec l’opération Atalanta, l’Union européenne veut mettre un frein à la piraterie le long des côtes somaliennes. Sous mandat de l’ONU, Atalanta protège les navires du Programme alimentaire mondial (PAM) et de l’African Union Mission in Somalia (AMISOM). Ceux-ci acheminent l’aide destinée aux réfugiés en Somalie.

Depuis 2009, les navires de 12 pays de l’UE accomplissent cette mission. À quatre reprises déjà, la Belgique a envoyé trois fois la frégate Louise-Marie et une fois la frégate Léopold I dans la Corne de
l'Afrique.

Au cours de sa dernière participation, du 23 novembre 2012 au 8 février 2013, l’équipage a retenu des pirates présumés. À nouveau, la frégate Léopold I participe actuellement à l'opération Atalanta.

Standing NATO Maritime Group 1

Une frégate belge participe à l’opération de l’OTAN Active Endeavour dans la mer Méditerranée.

Le Standing NATO Maritime Group 1 (SNMG1) est une escadre maritime qui se compose de quatre à six frégates et chasseurs torpilleurs ainsi que d’un navire de commandement.

L’escadre appartient à l’Immediate Reaction Forces maritime de l’OTAN. Les marines canadienne, néerlandaise, allemande et américaine fournissent un navire en permanence. Les marines belge, italienne, danoise, norvégienne, polonaise, portugaise et espagnole complètent l’escadre chaque fois pour six mois.

L’opération Active Endeavour occupe une place prépondérante au sein des activités du SNMG1. L’escadre patrouille dans la Méditerranée afin de contrer le trafic d’armes et garantir la sécurité générale.

Les navires prennent, en outre, part à des exercices et opérations dans les eaux européennes ainsi que dans l’océan Atlantique. Le groupe évalue sans cesse les procédures, tactiques et l’efficacité de l’OTAN.

Depuis la création du SNMG1 en 1967, plus de 660 navires et quelque 150.000 membres du personnel en ont fait partie. Le groupe parcourt chaque année environ 50.000 milles marins soit plus de deux fois le tour de la Terre.

Standing NATO Mine Counter-Measures Group 1

 Chasseurs de mines de différents pays lors d’une mission SNMCMG1.

Chaque année, un navire belge de la Marine prend part à des opérations du Standing NATO Mine Counter-Measures Group 1 (SNMCMG1). La flotte d’intervention des dragueurs et chasseurs de mines a pour tâche prioritaire de les déceler et de les rendre inoffensives.

Le SNMCMG1 a été fondé en 1973 afin de libérer les voies d’accès des ports de commerce les plus importants en cas d’éventuels conflits. Au fil du temps, ses missions se sont axées davantage sur la chasse aux mines mais le SNMCMG1 peut fournir une aide dans la lutte contre la piraterie, les opérations de sauvetage ou encore l’évacuation des équipages. 

Les navires du SNMCMG1 exécutent surtout leurs missions dans les mers de l’Europe du Nord mais peuvent, en principe, œuvrer dans le monde entier.

Standing NATO Mine Countermeasures Group 2

Une flotte internationale de chasseurs de mines.

LeStanding NATO Mine Countermeasures Group 2 (SNMCMG2) est une flotte d’intervention de l’OTAN qui comporte des dragueurs et des chasseurs de mines. L’escadre comprend normalement huit navires provenant de la Belgique, de l’Allemagne, de la Grèce, de l’Italie, de la Turquie, de la Grande-Bretagne et des États-Unis.

Le SNMCMG2 s’investit principalement dans la recherche et la destruction des mines marines. Les navires inspectent également des ports OTAN ou externes à cette zone et se tiennent prêts à exécuter des missions inopinées. Celles-ci ont lieu essentiellement dans la Méditerranée mais l’OTAN peut engager cette flotte partout dans le monde.

Depuis sa création en 1999, l’escadre a participé à l’opération Allied Harvest en 1999 ainsi qu’à Allied Harvest II en 2000. Dans l’Adriatique, les navires ont débarassé la mer des explosifs laissés lors de l’opération Allied Force au Kosovo. En outre, ils prennent continuellement part à des exercices divers tant dans la zone OTAN qu’en dehors de celle-ci.

African Partnership Station

Le Godetia, navire de commandement et de support logistique.

Depuis plusieurs années déjà, le Godetia, navire de commandement et de support logistique, sert de plate-forme à la formation des marins africains.

L’objectif est de doter les marines nationales du Golfe de Guinée de moyens humains pouvant contrer la menace permanente que représentent les pirates. Comme dans la Corne de l’Afrique au large de la Somalie, ces derniers s’attaquent aux porte-conteneurs ou autres, de passage dans ces eaux.

En quelques semaines, les marins apprennent différentes techniques : arraisonnage, abordage, sauvetage en mer, contrôle d’un navire suspect et de l’équipage, tir, etc.

Ce programme African Partnership Station est mené par les États-Unis. La connaissance du continent africain fait de la Belgique un partenaire historique incontournable.

articles récents

Jamais déçu de la Marine !

Ces mardi 28 et mercredi 29 novembre, la Composante Marine organisait deux événements liés au recrutement. Le mardi, plus de 50 candidats étaient accueillis pour une journée d’information au sein de la Composante Marine et le lendemain, 10 jeunes embarquaient à bord du patrouilleur P901 Castor pour une sortie en mer.

Intervention urgente pour le déminage a bord d'une drague

Ce mardi 21 novembre, une équipe de déminage du Service d'Enlèvement et de Destruction d'Engins Explosifs de la Défense (SEDEE-DOVO) embarquait sur le patrouilleur P901 Castor suite à un appel des garde-côtes (MRCC Ostende) afin de rejoindre la drague Minerva.

La chasse est ouverte !

Du 20 octobre au 7 novembre, le chasseur de mines M924 Primula participait à l'opération Benevolent Depolluting avec l'escadre de déminage de l'OTAN Celle-ci se déroulait au large des côtes françaises dans la mer du Nord et la Manche.

L’opération Atalanta est loin d’être terminée

Pendant six mois un officier de marine belge a participé à l’Opération de lutte contre la piraterie « Atalanta » en tant qu’officier du renseignement opérationnel. Durant cette période, la mission qui avait été relativement calme depuis 2012, a connu une période mouvementée suite à un soudain pic de piraterie au large de la Somalie et à une série d’attaques en mer liées au conflit yéménite.

Ready Together

Le lieutenant de vaisseau Emilie Descheemaecker a été envoyée sur la base navale américaine de Manama, au Moyen-Orient, avec l’état-major franco-britannique de la CTF150 durant presque cinq mois.

Pages