-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Centre d'Entraînement de Commandos

Préparez-vous à souffrir (un peu)

Devenir para-commando n'est pas donné à tout le monde. Le chemin qui mène au béret rouge ou vert tant convoité est long et parsemé d’embûches. Les tests physiques et médicaux sont impitoyables. Pendant la formation, les candidats repoussent leurs limites tous les jours. Pour le personnel militaire ne travaillant pas dans des unités de combat mais toutefois désireux de passer le brevet, la Défense propose une solution : une phase préparatoire de trois semaines.

Haute montagne pour le Centre d’Entraînement Commandos

Chaque année, un détachement du Centre d'Entraînement de Commandos de Marche-les-Dames passe les deux premières semaines de juillet à Chamonix (France). Les instructeurs forment de nouveaux candidats grimpeurs ou « premier de cordée » dans les montagnes environnantes.

Belgian Beast aux États-Unis

Dans l'État américain de l'Arizona, près de la ville de Yuma, se trouve le Marine Corps Air Station. Dans cette zone désertique, proche de la frontière mexicaine, les Marines américains peuvent s'entraîner toute l'année grâce au climat favorable et à l'espace aérien exclusivement militaire. Du 13 février au 12 mars, cent Belges profitent largement de ce site dans le cadre de l'exercice Belgian Beast.

L’infanterie sur son terrain de prédilection

Si Otterburn, dans le nord-est anglais, fut au XIVe siècle le cadre d’une grande bataille, il est encore aujourd’hui un lieu de prédilection pour confronter les soldats aux aléas du terrain. Tant les jeunes recrues que les troupes plus expérimentées y trouvent de quoi se confronter aux réalités. La Brigade légère y exerçait plusieurs de ses éléments du 3 au 14 octobre 2016.

Premiers de cordée ouvrent la voie

Durant les trois premières semaines de septembre, le Centre d’Entrainement de Commandos a organisé le cours de recyclage pour premiers de cordée. Ce cours a débuté à Marche-les-Dames mais, une semaine plus tard, les participants ont troqué les massifs rocheux wallons pour les Alpes italiennes, plus précisément dans le Val d’Aoste.