-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Les F-16 belges prennent le relais des Pays-Bas pour la surveillance de l'espace aérien

Les F-16 belges prennent le relais des Pays-Bas pour la surveillance de l'espace aérien

Le 14 mai, la Force aérienne belge reprendra la mission de Quick Reaction Alert de ses collègues néerlandais. Depuis le 1er janvier 2017, la Belgique et les Pays-Bas surveillent alternativement l'espace aérien de la Belgique, des Pays-Bas et du Luxembourg. La Force aérienne néerlandaise a pris en charge cette mission depuis janvier 2020.

L'une des tâches de la Force aérienne belge est de réagir de manière adéquate aux violations de l'espace aérien commun des Pays-Bas, de la Belgique et du Luxembourg. À cette fin, deux F-16 sont prêts à décoller vingt-quatre heures sur vingt-quatre, sept jours sur sept, dans l'une des quatre bases équipées de F-16 des deux pays. A partir du 14 mai, ces avions sont stationnés sur la base aérienne de Florennes. C'est ce qu'on appelle la mission d'alerte rapide (QRA). Celle-ci est effectuée pour contrôler la sécurité aérienne et pour éviter toute intrusion indésirable dans l'espace aérien. 

La surveillance de l'espace aérien par les radars reste cependant une responsabilité autonome des deux nations. En Belgique, il s'agit d'une mission du Control and Reporting Centre (CRC). Pour l'instant, il est toujours situé à Glons, mais il sera bientôt transféré dans un centre hypermoderne à Beauvechain. Ce centre de surveillance aérienne est responsable du secteur belgo-luxembourgeois de l'espace aérien de l'OTAN. Un centre similaire, à Nieuw-Milligen près d'Apeldoorn, veille sur le secteur néerlandais. Les F-16 chargés de la mission QRA ont une zone de déploiement qui couvre toute la zone de responsabilité du BeNeLux.

En fonction du lieu de la violation de l'espace aérien, l'un des deux centres fera décoller les F-16 de QRA afin de connaître les intentions des avions civils ou militaires qui représentent une menace. C'est ce qu'on appelle un scramble. Les pilotes peuvent décoller en quelques minutes et effectuer une interception. Les avions de chasse sont guidés par les centres radar jusqu'à l'avion suspect. Les avions de QRA sont autorisés à franchir le mur du son pour réaliser cette mission. 

En 2018, des F-16 belges de la base aérienne de Florennes ont intercepté un bombardier nucléaire supersonique russe sans plan de vol connu au-dessus de la mer du Nord, au nord des îles de Wadden. Les instructions pour les avions belges provenaient du centre de surveillance aérien néerlandais de Nieuw-Milligen.