-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Visite estudiantine à Auschwitz-Birkenau

Visite estudiantine à Auschwitz-Birkenau

 

Le mardi 24 janvier, l’Institut des Vétérans organisait son voyage commémoratif annuel à Auschwitz-Birkenau avec la coopération de la Défense. Le ministre de la Défense Steven Vandeput, le chef de la Défense Marc Compernol et le nonagénaire Paul Sobol étaient du voyage avec 104 élèves.

Paul Sobol a été déporté dans les camps d'Auschwitz et de Birkenau à l’âge de seize ans. Son histoire personnelle transforme cette visite en une expérience terriblement réelle. Quand il décrit avec émotion la manière dont il a été séparé de sa mère, de son frère et de sa sœur dès son arrivée, chacun en a froid dans le dos. Seulement sa sœur et lui ont survécu à leur captivité.

Tout le monde s’accorde à dire que la contribution de Sobol est inestimable. Michel Jaupart, administrateur général ad intérim de l'Institut des Vétérans, est pleinement conscient que monsieur Sobol ne sera, un jour, plus en mesure d'assumer son rôle. « Raison pour laquelle nous recueillons des témoignages depuis un certain temps, comme celui de Paul Sobol. Ces témoignages sont également importants pour préserver la mémoire des conflits comme ceux du Rwanda, de l'ex-Yougoslavie et de la guerre contre le terrorisme. Il faut éviter, en effet, que ces histoires se répètent. »

Les élèves confirment : « Nous avions entendu parler, lu et vu des photos de camps comme celui d’Auschwitz-Birkenau mais, sur place, l'histoire prend une dimension particulièrement concrète », raconte Arnaud de Tongeren. « Et le témoignage que transmet monsieur Sobol chaque fois... Incroyablement courageux ! »

Tant le ministre Vandeput que monsieur Sobol et monsieur Jaupart ont précisé dans leurs allocutions que c'est exactement le but. Ce voyage sensibilise les citoyens et les dirigeants de demain au fait que les extrêmes peuvent engendrer une incroyable cruauté entre humains. Le silence des élèves pendant la visite et lors des discours laissait présager, espérons-le, que l’objectif a bien été atteint.