-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Une journée des Nations unies aux accents belges

Une journée des Nations unies aux accents belges

 

Ce 24 octobre est la journée des Nations unies. En 2019 et 2020 la Belgique siègera à nouveau au Conseil de Sécurité des Nations unies en tant que membre non permanent. Durant sa campagne promotionnelle en vue d’obtenir ce siège, le commandement belge des troupes des Nations unies au Mali a joué un rôle particulier.

Pendant un an et demi, le général-major Deconinck a commandé la mission des Nations unies au Mali, la MINUSMA. Du 2 avril 2017 au 2 octobre 2018 il fut le Force Commander d’environ 12 000 hommes et femme issus de 55 pays.

Cela fait environ 25 ans qu’un général belge n’avait plus commandé une si importante force des Nations unies. Durant la guerre en Bosnie le lieutenant général Briquemont a dirigé la mission UNPROFOR à Sarajevo du 12 juillet 1993 au 24 janvier 1994.

Depuis cette époque le maintien de la paix a beaucoup changé. Les missions contemporaines des Nations unies se déroulent souvent dans des circonstances ingrates et dangereuses. L’ONU a reconnu que la MINUSMA est sa mission la plus dangereuse. Au 31 août 2018, 104 casques bleus ont déjà perdu la vie, la plupart par des engins explosifs ou par des attaques de mortiers.

Cela a incité la MINUSMA à revoir son approche et à adapter la protection, le matériel et l’entraînement des casques bleus. Le général Deconinck a travaillé dès le départ en vue d’obtenir de meilleurs résultats, un leadership fort et une approche plus « robuste ». Lorsque la situation l'exige, les casques bleus doivent pouvoir passer très rapidement de leurs tâches régulières à des actions de combat intensives. Ils doivent donc être parfaitement formés pour protéger à la fois les citoyens ainsi qu’eux-mêmes face aux attaques. La mise en place d'équipes mobiles de formation au Mali fait désormais jurisprudence sur d'autres zones d'opération.

Le commandement belge au Mali, à la fois de la MINUSMA et dans le cadre de la mission européenne EUTM, a conféré beaucoup de prestige et de crédibilité à notre pays non seulement grâce au leadership militaire belge mais aussi grâce aux compétences de son personnel. Outre notre connaissance traditionnelle de l'Afrique centrale, la connaissance belge de la région du Sahel est désormais reconnue à l'échelle internationale.

Le siège des Nations unies à New York a toujours été très positif au sujet du travail et de l'impact du général-major Deconinck. A l’issue de son commandement, le secrétaire général des Nations unies, Antiono Guterres, l'a remercié en de très beaux termes : « Grateful for his exemplary service and leadership of MINUSMA. »