-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Une étape révolutionnaire dans la manière de chasser les mines !

Une étape révolutionnaire dans la manière de chasser les mines !

 

Les journées de contact ayant trait à la nouvelle génération d’engins de lutte contre les mines, à la capacité de chasse aux mines ainsi qu'à ses divers exercices étaient organisées les 13 et 14 décembre derniers. Ceci sur initiative de l’amirauté Benelux (ABNL).  

Ces journées de contact se déroulaient au sein de l’école belgo-néerlandaise de lutte contre les mines EGUERMIN (NATO Center of Excellence) située à Ostende. L’événement était rehaussé par la présence du vice-amiral Rob Kramer, commandant des forces navales des Pays-Bas faisant fonction d’ABNL. Il était accompagné par l’amiral de division Wim Robberecht, commandant de la Marine et adjoint ABNL.  

Dans leur mot de bienvenue, les deux amiraux mettaient l’accent sur la plus-value que représente cette particularité familiale dans le domaine MCM (Mine countermeasures). Leur principale préoccupation est le maintien en service du personnel qualifié car trop de jeunes quittent nos marines en raison de la bonne conjoncture qui règne actuellement dans nos deux pays. Pour les deux états-majors, il est très important que le personnel qualifié reste mais à condition d'avoir de nouvelles possibilités d’avenir, de carrières ainsi que de bonnes conditions de travail.  

L’objectif de ces journées de contact était d’échanger des informations entre les officiers de lutte contre les mines et les officiers plongeurs se retrouvant au sein des états-majors mais aussi dans les autres unités de la Défense. En outre, les commandants de navires de chasse aux mines, de soutiens logistiques, hydrographiques ainsi que des patrouilleurs des deux marines étaient également conviés. Ces personnels pouvaient échanger leurs idées et expériences dans le domaine de la lutte contre les mines dans son acception la plus large.

Dans quatre ans, les capacités actuelles de lutte contre les mines des deux pays atteindront leur limite d’âge. Tant les engins néerlandais que belges, comme le A960 Godetia, seront remplacés dès 2023 par de nouvelles unités. Dans ce projet, la Belgique est la lead nation. Les exigences fonctionnelles ont été rédigées et approuvées par le groupe de travail binational. Le choix du chantier naval retenu (parmi ceux qui ont répondu à l’appel d’offre) sera annoncé par le gouvernement courant janvier 2019. La construction de douze nouveaux engins de lutte contre les mines (six pour les Pays-Bas et six pour la Belgique) est aujourd'hui chose acquise. De plus, la construction, l’entretien et l'appui en pièces de rechange seront coordonnés depuis la Belgique avec Zeebruges comme plaque tournante.

La future capacité utilisera les systèmes automatiques sans personnel afin de rechercher et détruire les explosifs se trouvant sous l’eau ou à sa surface. Cette manière d'opérer est totalement inédite. Elle signifie que le navire-mère se trouvera en dehors du champ de mine car seuls les engins MCM y seront actifs. Une collaboration sera également accrue entre les deux marines et l’industrie. La Belgique et les Pays-Bas pourront ainsi compter sur une flotte d’engins de lutte contre les mines rapides et efficaces.  

Au niveau européen, la Belgique est la nation pilote dans le développement des systèmes (semi) autonomes de lutte contre les mines (PESCO MAS MCM).

Durant ce symposium, le groupe de travail relatif aux nouveaux engins de lutte contre les mines prenait l’analyse des différents spécialistes présents en considération. Voici plusieurs dizaines d'années, la Belgique et les Pays-Bas choisissaient de travailler activement ensemble. Une manière toujours unique de collaborer au sein de l’OTAN.