-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Un espace aérien, un système de gestion

Un espace aérien, un système de gestion

 

Dès 2024, les contrôleurs aériens civils et militaires pourront échanger des données ainsi que certains services. Les trois parties concernées signaient une lettre d'intention en ce sens au siège d'Eurocontrol à Bruxelles, le 29 novembre dernier.

La Défense, skeyes (anciennement Belgocontrol) et l'Eurocontrol Maastricht Upper Area Control Centre (MUAC) souhaitent utiliser un seul système pour gérer l'espace aérien belge dès 2024. Le système de gestion partagée du trafic aérien (Air Traffic Management ou ATM) doit améliorer la qualité des services rendus aux compagnies aériennes. C'est pourquoi ces partenaires étudient actuellement la manière de mettre ce système en pratique.

La Défense remplacera son système de contrôle du trafic aérien par une structure partagée en 2019. Le SAS2, identique à celui déjà utilisé par Eurocontrol MUAC sera adopté. La Défense et MUAC avaient signé un accord en ce sens en décembre 2016.

Skeyes souhaite ensuite remplacer l'ATM actuel par le SAS3, système partagé unique pour les trois prestataires et fournissant des services de navigation aérienne dans l'espace aérien belge. Ce projet novateur permettra aux contrôleurs des trafics civils et militaires l'échange de données et de services. Il réduira la fragmentation du réseau européen et offrira aux compagnies aériennes des avantages considérables en termes de sécurité, de capacités, d'efficacité et de fiabilité. Un système partagé offre également la possibilité aux services ATM de mutualiser les postes en cas de nécessité.

« Nous approuvons cette série d’avantages », déclarait le général-major Goetynck, chef de la division Communication & Infrastructure de la Direction Générale Material Resources. « Le fait que les trois prestataires de services de navigation aérienne fonctionneront avec le même système facilitera la coordination et la communication. Cela accroîtra également la sécurité aérienne », précisait le général- major aviateur Vansina, chef de la Composante Air.

« Nous avons déjà pris des mesures importantes dans l’intégration de la gestion du contrôle du trafic aérien civil et militaire », soulignait Johan Decuyper, directeur général de skeyes. Le déménagement du centre de contrôle du trafic aérien militaire vers le site de skeyes à Steenokkerzeel constituera, fin 2019, la première étape d’une véritable colocalisation.

Cofinancé par le mécanisme pour l'interconnexion en Europe de l'Union européenne.