-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Trois unités d’appui en Lituanie

Trois unités d’appui en Lituanie

  

En Lituanie, des hommes et des femmes de la compagnie Delta (composée d’éléments du 1/3 Lanciers) s’entraînent intensément au sein de l’exercice OTAN Iron Wolf dans le cadre des missions eFP (enhanced Forward Presence). D’autres travaillent également sans discontinuer afin de faciliter et de garantir l’opérationnalité des premiers. Rencontre avec trois unités d’appuis engagées dans le même dispositif.

Le 3 EMI (Elément Médical d’Intervention) de Marche-en-Famenne assure prioritairement l’appui médical du personnel du détachement belge. Mais dans le contexte multinational dans lequel se déroule l’opération eFP, les détachements médicaux de toutes les nations sont rassemblés. Il n’est donc pas rare de voir l’un ou l’autre élément étranger s’impliquer dans les soins dispensés à un militaire, quelle que soit sa nationalité.

À relever : la présence d’un infirmier urgentiste réserviste au sein du détachement médical. « Il y a une relation win-win dans mon engagement militaire », explique Xavier. « J’ai l’expérience civile des traumas à traiter en urgence et ai également l’occasion de rencontrer d’autres pathologies, de collaborer avec de nouvelles équipes et de travailler selon des protocoles différents dans le milieu militaire. »

Le 4 Bataillon Logistique déploie des moyens nationaux indispensables aux éléments de combat affectés au Battle Group eFP : des mécaniciens, des transporteurs de véhicules, des fournisseurs en carburant, en pièces détachées et en munitions composent l’essentiel du détachement.

« La plupart du temps, nous interagissons avec nos collègues allemands et tchèques », explique un mécanicien. « Par rapport à nos propres stocks sur place, nos homologues ont davantage de pièces de rechange sur théâtre d’opération. Le temps de réactivité pour être fourni depuis leur pays est également plus rapide que le nôtre », déplore-t-il.

Parmi les bérets bleus de la logistique, pointons également un élément isolé des troupes du génie. Ce personnel est engagé pour ses compétences spécifiques sur le char pionnier Bergpanzer, survivant du charroi des « Léopard » aujourd’hui retraités.

Le 6 Group CIS de Peutie déploie également une équipe de six personnes qui se relaient en permanence pour assurer la pérennité des différents réseaux informatiques. Ils comprennent les réseaux militaires standard, le réseau secret, les réseaux OTAN ainsi que les interactions avec les réseaux informatiques allemand et lituanien.

En matière de communications personnelles des membres du détachement, « la Défense fournit des clés 4G car les structures des containers qui, assemblés, forment les bâtiments du bataillon multinational, agissent comme des cages de Faraday », explique le chef du détachement CIS. « Ces containers empêchent la bonne propagation des ondes des systèmes wifi. »

Si le professionnalisme des fantassins de la compagnie Delta, fournie par le Bataillon 1/3 Lanciers, est le gage d’une mission réussie, il en va de même pour tous les militaires des unités d’appui. Souvent dans l’ombre des premiers, ils sont tout aussi indispensables.