-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Quelques hommes d’exception

Quelques hommes d’exception

 

La commémoration de la libération de la Belgique, le 6 octobre, et celle du 75e anniversaire du retour d'Harwich (Royaume-Uni) des MMS 43, 77 et 191 appartenant au 118e escadron de dragueurs de mines motorisés, ont été célébrées conjointement. Ces navires faisaient partie de la section belge de la Royal Navy, dont la mise en place est instaurée par un décret de l'amiral britannique (First Sealord) le 3 avril 1941.

Une plaque de la caserne Bootsman Jonsen à Ostende et un monument au Quai des Pêcheurs commémorent leurs campagnes héroïques pendant la Seconde Guerre mondiale. Il est dommage que trop peu de gens aient conscience du fait que des pêcheurs, des officiers de la marine, des marins belges et beaucoup de citoyens inconnus ont également participé à ces missions maritimes d'une importance cruciale pour la libération de l'Europe. C'est cette histoire que nous allons vous raconter.

Aux petites heures du 10 mai 1940, l'Allemagne nazie commence son offensive occidentale contre la Belgique, les Pays-Bas, le Luxembourg et la France.

Les chars traversent les Ardennes sans trop de difficultés et atteignent Sedan le 14 mai. Le nouveau gouvernement britannique, dirigé par Winston Churchill, réalise que son armée expéditionnaire est piégée sur les plages de Dunkerque (FR). Adolf Hitler, après avoir pris Gravelines avec ses véhicules blindés, décide le 24 mai d'un "Haltbefehl". En raison de l'avance rapide de ses troupes, lui et son commandement craignent que les provisions ne parviennent pas à temps. Winston Churchill en profite et fait évacuer son armée expéditionnaire avec des troupes françaises et belges. C'est le début de l'opération Dynamo. Grâce à l'utilisation de nombreux navires militaires, mais aussi civils, dont 56 remorqueurs et bateaux de pêche belges réquisitionnés par l'Amirauté britannique, plus de 250 000 hommes seront sauvés de la captivité. Au total, 243 navires sont perdus, dont quatre navires belges. La flotte belge, à elle seule, a pu sauver 5 000 hommes sur les plages. Notons d'ailleurs que la Croix de Guerre française avec une étoile d'argent a été décernée à quatorze navires de l'Union anversoise de sauvetage et de remorquage.

Le gouvernement britannique a, quant à lui, décerné plusieurs citations d'honneur pour l'action héroïque belge lors de l'évacuation des soldats de la "Poche de Dunkerque". À la suite de cette action, une poignée de belges inflexibles ont uni leurs forces pour poursuivre la bataille aux côtés des alliés. Après la capitulation de la Belgique, on estime que 1 400 hommes de la flotte de pêche belge sont partis pour la Grande-Bretagne.

A partir de septembre 1940, à l'initiative du lieutenant Victor Billet de la Marine d'Etat, une section belge de la Royal Navy est créée. Les officiers et les marins de cette section reçoivent deux corvettes - le Buttercup et le Godetia - les 118e dragueurs de mines de la flottille et trois patrouilleurs : le Phrontis, l'Electra et le Kernot. Le 16 avril 1941, quinze jours à peine après la création de la "Section Belge", Victor Billet est transféré sur le destroyer HMS Briljant. Il perd la vie le 19 août 1942, lors du raid de Dieppe (FR) à bord de sa péniche de débarquement LCTI 59. La nouvelle unité est placée sous le commandement du lieutenant Georges Timmermans, ancien commandant du paquebot "Princess Marie-José". Il deviendra le premier Commodore de la marine, fondée le 1er février 1946 par décret du Prince Charles, Régent de Belgique.

Les deux corvettes font partie du groupe de protection des convois de l'Atlantique jusqu'en décembre 1944. Dès le premier jour du débarquement de Normandie, elles sont présentes au large des côtes. Quant aux dragueurs de mines de la 118e flottille, ils retournent à Ostende le 5 octobre 1944 et commencent immédiatement à dégager les voies de navigation au large de nos côtes pour préparer leur débarquement sur l'île de Walcheren. Ils aident ensuite à déminer l'Escaut et entrent, le 28 novembre 1944, à Anvers à la tête du premier convoi de ravitaillement.

La plupart des marins belges appartenaient à la section belge de la Royal Navy, mais un grand nombre d'officiers, de sous-officiers et de marins se sont aussi embarqués sur les propres navires de la Royal Navy. De retour au pays, ils ont travaillé au rétablissement de la marine belge.

La Belgique ayant ainsi retrouvé sa souveraineté, sa marine dégage les mines dans les voies de navigation des eaux territoriales, démagnétise les navires marchands qui entrent dans les ports et reprend les missions d'avant-guerre de l'Administration de la Marine (garde-pêche, garde-côtes, sauvetage en mer et répression des infractions). C'est grâce à cette poignée de personnes têtues que nous avons été libérés du régime nazi et que la reconstruction a pu commencer.

Seuls trois membres de la section belge de la Royal Navy sont encore en vie aujourd'hui : Pieter Coussaert, André Vantorre et Ludo de Vleeshauwer. Ils étaient présents à la cérémonie. Ils ont été honorés par le conseil municipal d'Ostende pour que nous n'oubliions jamais cette page sombre de notre histoire. Nous nous souviendrons d'eux ...