-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Pallier le manque de moyens

Pallier le manque de moyens

 

L'école du génie de Likasi bénéficie d'une coopération avec la Défense depuis 2012. Le détachement belge agit aujourd'hui comme coach auprès des instructeurs congolais et génère des solutions durables pour garantir l'organisation des travaux pratiques.

« L'école fait face à un manque de moyens pour organiser les travaux pratiques », annonce le lieutenant Jean-François D., chef du détachement belge en mission de coaching auprès de l'école du génie de Likasi. « Afin de ne pas mettre la formation en péril, nous aidons les instructeurs à obtenir des matériaux et des chantiers. Nous créons en ce sens des synergies avec différents acteurs, comme des autorités communales. »

Le détachement belge va au-devant des problèmes qui risqueraient de paralyser la formation. Une solution qui semble marcher actuellement est de proposer de la main d'œuvre aux autorités publiques. La région sort à peine de la saison des pluies, qui a fait quelques ravages en février dernier. Les bourgmestres disposent ainsi d'un budget alloué pour réparer les dégâts dus aux intempéries. L'opportunité ainsi saisie bénéficie tant à l'autorité politique qu'à l'école du génie, dont les élèves peuvent concrétiser leur apprentissage.

Un des chantiers emblématique de cette synergie entre la Défense, les FARDC et les autorités publiques est celui de la Maison du parc. Le maire de la ville de Likasi jouit d'un financement belge via le jumelage avec la commune bruxelloise de Saint-Gilles.

« Le projet vise au perfectionnement des services de l'état civil grâce à l'expérience de la commune de Saint-Gilles en la matière », explique Adolphe Lufuma Kapienda, bourgmestre de la commune de Kikula, où se situe le chantier. « Grâce au génie et au financement des Affaires Étrangères belges, le nouveau bâtiment qui abritera les services d'état civil pourra se construire ici, au contact de la population. »

Les synergies ainsi développées par les militaires belges sont très profitables à l'école du génie. Son état-major a dès lors créé une nouvelle fonction dans le but de poursuivre sur cette voie. Le lieutenant Willy Mgwambimboyo est coaché par le chef du détachement belge dans son nouveau rôle de responsable analyse et planification.

« Je le suis partout et prends note », explique le lieutenant Mgwambimboyo. « Je compte bien assurer cette fonction comme il se doit quand il sera parti. C'est important car le génie est au service de la population, et si la population voit les militaires se rapprocher du monde civil, elle trouvera ça positif. Et puis c'est du gagnant-gagnant : c'est bénéfique pour le bourgmestre et pour l'école du génie. »