-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Opérations militaires en 2018

Opérations militaires en 2018

 

La Défense a présenté les principales opérations militaires de l'année prochaine. La lutte contre le terrorisme et la radicalisation demeure la priorité absolue en Belgique comme à l'étranger.

Au cours de l'année écoulée, la Défense a de nouveau effectué diverses missions. Cette vidéo vous donne un aperçu de nos opérations les plus importantes en 2017.

L'année prochaine, la Défense continuera d'épauler la police sur notre territoire tant que le Conseil des ministres l'estimera nécessaire (opération Vigilant Guardian).

Moyen-Orient

Dans la coalition contre DAESH (opération Inherent Resolve), dix militaires belges contribueront à former des instructeurs irakiens. En complément, 95 militaires prodigueront entraînements, conseils et assistance aux unités irakiennes dans tout le pays. En matière d'opérations aériennes de la coalition, la Belgique affectera trente militaires en 2018 à la surveillance des appareils néerlandais en Jordanie. Deux Belges feront également partie des équipages des avions AWACS, centres de radar et de contrôle aérien volants de l'OTAN, qui soutiennent l'opération.

Mali, Sahel et Afrique du Nord

Le 31 janvier 2018, le commandement belge de la mission d'entraînement européenne au Mali (EUTM Mali) prendra fin ainsi que l'engagement de 175 militaires. Vingt resteront toutefois afin de conseiller la mission européenne.

La Défense accroîtra parallèlement sa contribution à la MINUSMA (Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation au Mali), mission des Nations Unies au Mali. Un Belge reprendra le commandement militaire du quartier général avec un état-major de vingt militaires. Cinq travailleront également dans le centre de renseignement. Douze analystes et acteurs de terrain seront aussi engagés dans une unité allemande de reconnaissance et de renseignement. Quarante Belges viendront les aider dès juillet 2018. En réserve, la Défense maintiendra également deux hélicoptères NH-90 et cinquante hommes prêts à renforcer une unité d'hélicoptères allemande pour un maximum de sept mois. Dès mai 2018, un avion C-130 et 65 militaires opéreront depuis Bamako pendant six mois. Cette période pourra toutefois être prolongée pour six autres mois.

Au Niger, soixante militaires participeront pendant cinq semaines à l'opération Flintlock, mission d'instruction sous commandement américain. La Défense y formera également une unité d'intervention de l'armée nigérienne. Notre pays enverra, à cette fin, un premier contingent de dix militaires pendant cinq semaines suivi de 25 militaires pendant huit semaines. La Belgique engagera deux instructeurs pendant cinq fois deux mois au profit des Écoles Nationales à Vocation Régionale(écoles régionales de sécurité et de défense) en Mauritanie, au Burkina Faso, au Niger et au Mali. En raison de la menace terroriste subsistante en Tunisie, la Défense poursuivra son appui au profit des formations militaires.

Afrique centrale

En Afrique centrale, le Godetia et son équipage de nonante hommes participeront à la Maritime Capacity Building, programme américain de coopération en matière de sécurité maritime, pendant dix semaines. De manière concrète, ils soutiendront un certain nombre de partenaires d'Afrique de l'Ouest, dont le Bénin, dans la lutte contre la piraterie, le trafic de drogue, la contrebande et la pêche illégale.

En ce qui concerne l'opération des Nations Unies en République démocratique du Congo, deux militaires resteront toute l'année au sein du quartier général de la MONUSCO (Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation en République démocratique du Congo) à Kinshasa.

Afghanistan

Courant 2018, la Belgique étendra sa participation à la Resolute Support Mission (RSM) de l'OTAN en Afghanistan à quelque nonante militaires. Huit resteront actifs comme collaborateurs d'état-major dans des tâches de sécurité et de renseignement au quartier général de la Resolute Support à Kaboul. La Belgique fournit actuellement 45 fonctions d'appui au quartier général régional allemand de Mazar-e-Sharif. Dès mi-mars 2018, quarante militaires contrôleront la sécurité sur la base et ses abords.

Europe

Comme composante de la présence accrue de l'OTAN en Europe de l'Est (le Readiness Action Plan), la Belgique enverra un chasseur de mines avec 45 hommes d'équipage pendant trois semaines en mer Baltique afin d'y rechercher puis détruire des engins explosifs datant des conflits précédents. Le Godetia sera engagé pendant trois semaines en tant que navire de commandement et d'appui à la flotte OTAN de déminage (Standing NATO Mine Countermeasures Group 1- SNMCMG1) avec nonante hommes d'équipage. De début septembre à fin décembre 2018, quatre avions F-16 ainsi qu'une cinquantaine de militaires renforceront les opérations de police aérienne au-dessus des États baltes depuis une base située en Lituanie.

De septembre à fin 2018, une compagnie de manœuvre belge forte de 230 militaires (incluant également des Luxembourgeois) prendra part au groupe de combat OTAN allemand en Lituanie. Ceci dans le cadre de la dissuasion et du renforcement de la défense collective dans les États baltes et la Pologne. Pendant toute l'année 2018, l'état-major du groupe de combat accueillera un spécialiste en communication stratégique. Ce dernier sera épaulé par une équipe de cinq militaires pendant quatre fois six semaines.

En ce qui concerne l'opération OTAN Sea Guardian, une frégate belge riche de 175 hommes d'équipage et d'un hélicoptère sera engagée pendant trois semaines dans la lutte contre la traite des êtres humains, le trafic d'armes illégales et le terrorisme en mer Méditerranée. Au cours de la même opération et pour une même période, la Belgique fournira un bateau d'intervention rapide et six hommes d'équipage engageables depuis un bâtiment amphibie néerlandais.

Pendant toute l'année 2018, trois militaires œuvreront au sein du quartier général de la mission européenne Sophia. En outre, quatre collègues aideront à former et à guider la garde côtière libyenne pendant trois semaines.

La Belgique poursuivra également la recherche et la destruction des engins explosifs historiques en mer du Nord. À cette fin, la Défense engagera un chasseur de mines avec 45 hommes d'équipage pendant trois fois trois semaines.

Opérationnalité

Pendant toute l'année, la Défense maintiendra six F-16 et jusqu'à 200 militaires à la disposition des missions d'intervention rapides de l'OTAN, complétés de 3 à 26 militaires pour l'état-major du commandement aérien de l'OTAN. De janvier à juin 2018, le département veillera à tenir un chasseur de mines et 45 militaires opérationnels sur mer. De janvier à fin mars et d'octobre à novembre, une frégate prendra également part à cet état de préparation OTAN. Au cours de toute l'année 2018, le commandement ainsi qu'une partie de l'état-major de la flotte de déminage OTAN SNMCMG1 seront aux mains des Belges. Dans ce cadre, le Godetia et cent hommes d'équipage se tiendront également à disposition pendant la seconde partie de l'année.

L'European Union Battle Group (EUBG ou groupe de combat de l'Union européenne), verra jusqu'à 800 militaires, deux hélicoptères NH-90 et cent collègues supplémentaires parés toute l'année. Le commandement de cet EUBG sera également repris par notre pays pendant la seconde partie de l'année.

La Belgique rendra aussi divers détachements disponibles au profit des Nations Unies. Ils comprendront de deux à quatre drones B-Hunter, six F-16, des spécialistes pour un commandement aérien international, un avion A321, un navire de commandement et d'appui, un chasseur de mines ainsi que du personnel logistique spécialisé.