-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Nouveau ballon à Schaffen

Nouveau ballon à Schaffen

 

Après trois ans de bons et loyaux services, le ballon de Schaffen, destiné à entraîner les para-commandos à sauter en parachute, rejoindra son hangar. Il servira de réserve au nouveau ballon fraîchement livré qui le remplacera pendant trois nouvelles années.

Cette méthode, unique en Europe, sert à initier les futurs parachutistes belges et étrangers.  « Figé » à 300 mètres d'altitude, le ballon permet de s'exercer avant de sauter d'un avion, procédure nettement plus coûteuse et moins aisée. Ce procédé qui existe depuis près de 70 ans, constitue une étape dans l'obtention des « ailes » de para.

Le nouveau ballon à peine livré par le fabricant anglais, le Centre d'Entraînement de Parachutistes de la Défense se met au travail. La première phase consiste en un test d'étanchéité en gonflant entièrement le ballon d'air, fluide gazeux nettement moins cher que l'hélium. Une fois entièrement dégonflé (ce qui prendra deux jours), 1 100 m³ d'hélium seront finalement impulsés pendant cinq heures dans le ballon.

Après plusieurs tests et contrôles relatifs à la pureté de l'hélium et à la pression et l'étanchéité du ballon autour des soupapes, celui-ci quitte le hangar pour un premier vol.

L'adjudant Pascal Sheffield, sous-officier mécanicien et « balloniste », suit les opérations. « Le ballon doit se comporter correctement en vol avant de le certifier pleinement opérationnel aux tests avec le personnel de saut.» Un contrôle de positon est mené à l'aide d'un GPS afin de s'assurer que le ballon ne dérive pas de son axe. À défaut, la sécurité des parachutistes pourrait être compromise.

Une fois opérationnel, près de 21 000 sauts seront effectués du haut de cette nouvelle plate-forme.