-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Mille bombes et grenades !

Mille bombes et grenades !

 

Depuis début octobre, les élèves de l'école de plongée de la Marine ont entamé la partie EOD (Explosive Ordnance Disposal) du cours de perfectionnement qui va durer 15 semaines. Il s'agit, pour la première fois, d'un cours binational composé d’élèves belges et néerlandais.

Le cours EOD dure normalement neuf mois et est organisé à Meerdael, en Brabant flamand. Pour les candidats plongeurs-démineurs de la Marine, une partie importante est néanmoins l'obtention du certificat Under water Clearance 2. L'accent est mis sur la reconnaissance et la destruction des munitions sous-marines. Non par le démontage des engins explosifs trouvés sur les fonds marins, mais simplement par l'application d'une petite charge d'explosifs visant à neutraliser le danger.

Le point d'orgue de la dernière semaine d'octobre était sans nul doute l’entraînement sur le terrain de Brasschaat-Wuustwezel, où les étendues d'eau de six mètres de profondeur permettent de s'exercer sous l'eau avec des munitions. L'accent est mis sur l'apprentissage à la découverte, l'exploration et finalement la destruction des munitions. Chaque équipe est composée de quatre personnes : un chef d'embarcation, un plongeur, un chef d'équipe et une personne de l'équipe de quai qui aide à amarrer et à larguer l'embarcation. Puisqu'il s'agit d'un cours, chaque candidat plongeur-démineur est accompagné d'un buddy, instructeur de l'école de plongée de la Marine.

Après le briefing de sécurité, les équipes mixtes se préparent. L'exercice peut sembler simple, mais il n’en n’est rien ! Malgré l'absence de courant, cela reste difficile avec une visibilité nulle. La priorité est de bien exécuter la mission en équipe, puisque les plongeurs travaillent avec des munitions réelles. Il reste important pour eux d'appliquer la théorie, parce que dans la réalité, aucune marge d'erreur n'est admise ! La moindre peut être fatale au plongeur.

Outre la formation pratique, l'attention est portée sur la formation théorique avec la reconnaissance de l'ensemble des munitions comme les grenades, mines, torpilles dans des circonstances difficiles. La formation est très exigeante étant donné la pression physique, mais il ne faut pas oublier l'aspect psychologique sans lequel la perception d'un danger peut être compromise.

L'équipe néerlandaise a plongé avec du matériel belge, un autre bel exemple de la coopération BENESAM (coopération belgo-néerlandaise).