-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Militaire à temps partiel, architecte full-time.

Militaire à temps partiel, architecte full-time.


Un architecte peut-il tout simplement troquer son costume contre un uniforme de l'armée? Pour Etienne Cornet d'Elzius du Chesnoy, la réponse est affirmative et indiscutable. Derrière sa table à dessin, il nous relate son histoire.

Architecte depuis 1984 et après un intermède de treize mois comme candidat officier de réserve auprès du Génie,  il participe aujourd’hui au développement et à la construction de nos cantonnements en opération. Depuis 2009, il est affecté en tant qu'officier de réserve à la Field Accomodation Unit (FAU) sur la base aérienne de Beauvechain.

"Dans la vie courante, je cogère un bureau d’architecture à Louvain-la-Neuve", annonce Etienne. "Mon statut d’indépendant me permet de planifier mes propres activités et ainsi de me mettre à la disposition de la Défense lorsque cela m’est demandé. Après mon service militaire à Westhoven (Allemagne), j’ai occupé différentes fonctions telles que chef de peloton engins et officier de liaison auprès de la 15e Compagnie de Génie de Combat."

L'expertise en action

"Le déploiement de nos troupes au Liban, nous a appris qu’il était impératif de disposer d’un concept clair en matière de construction d’un cantonnement. C’est ainsi que j’ai rejoint le FAU en 2009 pour y apporter pleinement mon expertise civile. Je dirige actuellement la cellule Design, une fonction opérationnelle à part entière au sein de cette unité joint."

"Au sein du FAU, je suis principalement responsable du développement et de l’élaboration des plans de cantonnements en opération. Ce n’est bien entendu pas une tâche à plein temps, mais mon intervention en tant que designer est sollicitée en temps utile. Sur base de mes connaissances, de mon expérience d’architecte ainsi que celle acquise en unité, j’ai rédigé comme candidat lieutenant-colonel du cadre de réserve une thèse intitulée : 'L’appréciation du design de cantonnement dans le cadre d’une reconnaissance opérationnelle'. Cette étude est à la base du concept actuel et de la méthode de travail utilisés lors des reconnaissances préalables et dans le cadre de la construction d’un cantonnement en opérations"

Connaissances techniques et pratiques

"C’est ainsi qu’en 2012 j’ai pu réaliser, en tant que chef d’un Contact Team, l’étude du terrain nécessaire à la construction du NSE  (National Support Element) belge dans le camp de Marmal à Mazar-e-Sharif. J’y participais en tant que conseiller technique. Mes suggestions sur l’implantation de différentes zones ont été communiquées aux autorités militaires allemandes. Celles-ci étaient responsables de l’organisation des adjudications sur place. Lors de la construction d’un cantonnement, il faut d’ailleurs tenir compte de différents facteurs tels que la mise en place de plusieurs services (Force Protection, communication, arrivées d’eau et d’électricité) mais également de diverses zones d’infrastructures (ménage, installations sanitaires, zone de travail, de repos et logistique). L’aide d’un architecte possédant des connaissances en déploiement est précieuse,  pour ne pas dire indispensable à l’heure actuelle. C’est en ce sens que mon expertise est appréciée."

"En tant que militaire de réserve au sein de la Composante Terre, je suis également appelé à défendre différents projets de la Défense. Comme cette étude relative à un complexe de maintenance destiné au 10e Wing Tactique de Kleine-Brogel. De même que dans la perspective de la fermeture du quartier Lieutenant Dewispelaere à Jambes, je suis impliqué dans l’étude d’implantation de la plaine de parade du 4 Bataillon de Génie et du Centre de Compétence Terre - Département Genie à Amay."

Un avantage réciproque

Le lieutenant-colonel Stefaan Seynaeve, chef de corps du FAU, souligne le fait que son réserviste n’est pas seulement au service de la communauté militaire mais aussi de la Défense belge dans son ensemble. "Etienne est également engagé dans différents projets au sein de la Défense. Il tire une grande satisfaction de pouvoir, parallèlement à ses activités civiles, jouer un rôle important comme militaire de réserve dans la construction de diverses installations militaires, principalement celles situées à l’étranger.  Il représente donc un atout pour la Défense. Son implication et son engagement permettent clairement de définir cette situation comme  étant win-win."