-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

L’opération Atalanta est loin d’être terminée

L’opération Atalanta est loin d’être terminée

 

Pendant six mois un officier de marine belge a participé à l’Opération de lutte contre la piraterie « Atalanta » en tant qu’officier du renseignement opérationnel. Durant cette période, la mission qui avait été relativement calme depuis 2012, a connu une période mouvementée suite à un soudain pic de piraterie au large de la Somalie et à une série d’attaques en mer liées au conflit yéménite.

En tant qu’officier du renseignement opérationnel, son rôle principal était de tenir informé l’Etat-Major ainsi que les unités déployées de la situation maritime dans la zone d’opération. Elle travaillait dans une équipe multinationale d’une dizaine de personnes qui élaborait également les évaluations de la menace en mer et dans les ports ainsi que les perspectives sécuritaires de la Somalie à moyen terme.

Dès mars 2017, peu après la mousson, la situation en mer est également devenue dangereuse au large des côtes yéménites et plus particulièrement au nord du détroit de Bab el Mandeb. Dans cette zone, plusieurs navires militaires et marchands ont été visés par des tirs de roquettes.

Suite à ces attaques, l’industrie marchande, inquiète, s’est tournée vers l’Etat-Major de l’opération Atalanta pour comprendre la situation. Sa fonction était donc essentielle pour bien évaluer le niveau de la menace et ne pas perturber le trafic maritime dans la zone. Grâce à l’opération Atalanta cette partie de la mer Rouge est à nouveau mieux sécurisé.