-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Les pays de l'OTAN se partagent des munitions terrestres

Les pays de l'OTAN se partagent des munitions terrestres

 

Au cours du sommet de l'OTAN du 12 juillet dernier, 16 ministres de la Défense signaient un accord, sous la houlette de la Belgique, visant l'achat et la gestion de leurs munitions communes. L'Autriche et la Finlande signeront ce document après le sommet de l'OTAN. Le ministre de la Défense, Steven Vandeput, qualifiait cet accord de « grand pas en avant dans l'acquisition structurée de munitions terrestres ».

En juin 2017, douze pays signaient déjà une déclaration d'intention traitant des Land Battle Decisive Munition lors de la réunion des ministres de la Défense de l'OTAN. Le cadre de cette coopération promettait des conditions plus favorables pour l'acquisition de ces types de munitions. Les signataires estimaient qu'il s'agissait d'une solution pragmatique et réalisable pour regrouper leurs stocks nationaux de munitions et les mettre à la disposition de chacun.

Plusieurs pays de l'OTAN œuvrent déjà pour une gestion efficace des munitions dans le cadre de la NATO SMART Defence Initiative (SDI) de l'OTAN relative aux Land Battle Decisive Munitions (LBDM). « Cette appellation complexe cache une idée simple et forte », déclarait la secrétaire générale déléguée, Rose Gottemoeller. « Les forces alliées s'entraînent souvent ensemble et sont également souvent conjointement engagées. Il est donc logique qu'elles regroupent leurs équipements et leurs munitions afin de s'assurer que chacun dispose de stocks suffisants en permanence. »

« L'intérêt d'une gestion internationale des stocks va crescendo », ajoutait le ministre Vandeput. « Tout le monde se rend bien compte qu'il s'agit d'un moyen de réduire les coûts et d'échanger des munitions. » Ce dernier appelait d'ailleurs les autres partenaires à se joindre à cette initiative dans le but de contribuer ainsi à des stocks de munitions européens plus flexibles et plus puissants.

Plus tôt, la Belgique signait une déclaration d'intention avec six autres pays de l'OTAN pour l'achat et la gestion de munitions de guerre navale.