-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Les militaires troquent leur casque pour un masque buccal

Les militaires troquent leur casque pour un masque buccal

 

Ces dernières semaines, la Composante Médicale de la Défense a occupé le devant de la scène. Cela est lié à l'échange d'expertise entre les différentes instances médicales, afin de maintenir un équilibre dans nos soins de santé. Outre le déploiement de personnel militaire dans les centres de soins résidentiels et les maisons de repos, la Défense est également prête à procéder à des désinfections.

Plusieurs centres de soins résidentiels sont obligés de séparer les patients infectés et non infectés afin d'éviter une nouvelle propagation du coronavirus. Cela implique bien sûr une restructuration complète des couloirs et des chambres. Les militaires de la Composante Médicale se déplacent à divers endroits pour aider à désinfecter ces bâtiments. C’est le cas d’Arnaut, lieutenant et vétérinaire à la Défense.

« Nos tâches au sein du Service vétérinaire couvrent un large spectre », commence-t-il. Ils sont généralement responsables de la santé du personnel militaire et de leurs chiens de travail. Cela va des contrôles aux conseils et de la lutte contre les parasites à l'hygiène générale. « Ces dernières semaines, nous avons été déployés pour désinfecter les avions militaires utilisés pour les vols de rapatriement. Nous sommes également très actifs au sein des centres de soins résidentiels qui demandent le soutien de la Défense ».

Avant de procéder à la désinfection, ils effectuent une reconnaissance approfondie des espaces. Une bonne désinfection consiste toujours en un nettoyage complet, suivi d'une désinfection avec un produit qui agit contre les germes visés.

« Un environnement sale ou même un mince biofilm peuvent protéger les germes ou les agents biologiques contre un désinfectant », prévient Arnaut.

Avant une désinfection visant le coronavirus, ils procèdent toujours à une reconnaissance préliminaire et vérifient si le nettoyage est bien fait. « En cas de doute ou de fort taux d'infection, nous devons nettoyer manuellement avec une solution nettoyante et désinfectante toutes les zones fréquemment touchées ».

Ces zones dites high touch sont, par exemple, les poignées de porte, les accoudoirs et les interrupteurs. « Ensuite, nous désinfectons toutes ces surfaces nettoyées avec des pulvérisateurs manuels ».

« Pour les espaces plus grands et que l’on peut fermer, nous utilisons des systèmes de pulvérisation », poursuit Arnaut. « Nous les plaçons dans la pièce et la remplissons complètement d’une brume désinfectante ».

Le matériel qu'ils utilisent pour ces désinfections s’étend des pulvérisateurs manuels, lingettes de désinfection prêtes à l'emploi et systèmes de pulvérisation aux sprays. Les militaires effectuant le nettoyage portent toujours une tenue complète pour leur protection personnelle. Cela comprend une salopette en Tyvek, des sur-chaussures ou des bottes, un masque FFP2/3, un masque anti-éclaboussures ou des lunettes de sécurité et des sur-gants ».

Le personnel en charge de la coordination n'est pas obligé d'être toujours en tenue complète, mais il l’a à portée de main au cas où une aide serait nécessaire.

Le déploiement de notre Composante Médicale souligne une fois encore la nature multidimensionnelle de la Défense. Tant que la crise du coronavirus continuera à frapper, nous serons là.

#COVID19BELDEF