-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Le Léopold I engagé au sein d'un grand exercice canadien

Le Léopold I engagé au sein d'un grand exercice canadien

 

Le vendredi 13 septembre, plus de 2 800 militaires de huit pays différents se réunissaient à Halifax dans le cadre de l'exercice Cutlass Fury 2019. Cet entraînement est la plus importante manœuvre maritime dirigée par le Canada depuis des décennies. Le lundi suivant, 20 navires, dont la frégate belge F930 Léopold I qui fait partie du Standing NATO Maritime Group 1 (SNMG1), s'impliquaient dans l'exercice avec 36 avions.

Outre notre frégate, une équipe belge du VSW (Very Shallow Water) est embarquée à bord du HMCS Shawinigan. Celle-ci est équipée de drones sous-marins Remus 100 (autonomous under water vehicle). Ces engins peuvent détecter des mines reposant sur des fonds côtiers et des fleuves de faible profondeur. L'occasion lui est ainsi donnée d'échanger ses connaissances avec ses collègues canadiens.

Jusqu'au 20 septembre, la flotte effectuera divers exercices au large des côtes de la Nouvelle-Écosse et de Terre-Neuve. Cutlass Fury 2019 regroupe plusieurs entraînements comprenant, entre autres, la défense antiaérienne ainsi que celle visant à contrer navires et sous-marins. Cet exercice canadien est, jusqu'à présent, le plus important de ce siècle. Pendant sa conduite, la flotte mettait le pavillon en berne en hommage aux nombreux Américains morts lors des attaques terroristes du 11 septembre 2001.

Rappelons l'article 5 de l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (OTAN) qui précise qu'en cas d'attaque(s) d'un de ses membres, tous les autres pays membres de l'OTAN unissent leurs forces pour faire face à l'agresseur. L'un des principaux objectifs de la flotte canadienne de l'Atlantique est de se préparer, avec ses partenaires de l'OTAN, à repousser une telle agression.

Le début de l'exercice fut un peu houleux en raison du passage de l'ouragan Dorian. L'état-major de la Marine du Canada autorisait toutefois les participants à prendre la mer vendredi soir. Cette mesure visait à prévenir les dommages causés aux navires mais aussi à les tenir prêts à fournir un appui éventuel aux régions canadiennes sinistrées par l'ouragan. Un bel exemple de coopération avec nos partenaires de l'Alliance.