-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Le La Pérouse, célèbre navire de la Marine française

Le La Pérouse, célèbre navire de la Marine française

 

Le La Pérouse, navire hydrographique de la Marine française visitait Bruges le week-end dernier. L’occasion de découvrir ses missions, clin d'œil à notre futur navire de recherche New RV (Research Vessel  - Navire de recherche). Alors que le navire océanographique A962 Belgica est principalement utilisé comme navire scientifique, le La Pérouse est un bâtiment purement militaire chargé de la cartographie des fonds marins (bathymétrie). En France, ce domaine ainsi que la navigation le long de la côte demeurent militaires.

Le navire est actuellement sous le commandement du lieutenant de vaisseau Stephane Benezech. La flotte de trois navires hydrographiques dépend directement du commandement opérationnel du chef d’état-major de la Marine. Le bâtiment est principalement utilisé sur les côtes françaises et atlantiques où il cartographie la topographie des fonds marins (bathymétrie). De plus, le La Pérouse détermine également l'emplacement des épaves et obstructions. Toutes ces données sont capitales à la production de cartes marines.

Outre les recherches dans les eaux territoriales françaises, le navire hydrographique en effectue également dans d'autres parties du monde comme les côtes africaines. Il dispose de nombreux drones et sonars pour collecter des données hydrographiques et est équipé d'un laboratoire scientifique destiné à les analyser.

L'équipage permanent est composé de 35 membres complétés d'une équipe de 10 hydrographes du SHOM (Service Hydrographique et Océanographique de la Marine) lors des campagnes hydrographiques. Contrairement à l'A962 Belgica, la flotte hydrographique effectue également des missions militaires et peut être utilisée pour mener des actions en mer ou lors de calamités. Depuis plusieurs années, le SHOM est un service gouvernemental autonome placé sous le contrôle de la Défense qui, outre l'hydrographie, s'occupe de la réalisation de cartes de toutes les eaux territoriales françaises. Le La Pérouse travaille actuellement sur la cartographie des fonds marins au large de Wissant (France).

Outre son importance, il est intéressant de s'attarder sur le nom de ce navire exceptionnel. La Pérouse était l'homologue français du capitaine britannique Cook qui découvrit l'Australie à la fin du XVIIIe siècle. Sur ordre du Roi Louis XVI, La Pérouse quitte Brest à la tête des navires "Astrolabe" et "Boussole" le 1er août 1785 pour cartographier le Grand Océan. Il était accompagné de scientifiques provenant de divers instituts.

Après avoir traversé l'océan Atlantique et passé le Cap Horn, ils atteignent l'île de Pâques le 9 avril 1786 puis se dirigent par Hawaï vers l'Alaska où l'expédition arrive en juin. Entre l'Alaska et le Yukon, les navires sont à l'ancre, après quoi l'environnement pourra être étudié. Puis, ils suivent la côte ouest de l'Amérique du Nord vers le sud et rejoignent Monterey en septembre 1786.

De la Californie, La Pérouse quitte l'Océan Pacifique et arrive à Macao où les peaux prises en Alaska peuvent être monnayées. Après une longue escale de l’équipe au Kamtchatka, le voyage se poursuit vers Samoa où La Pérouse débarque le 6 décembre 1787. Une visite aux Tonga précède Botany Bay (Australie) ralliée le 26 janvier 1788. L’intention était de poursuivre la navigation vers la Nouvelle-Calédonie, les îles Santa Cruz, les Salomon, les Louisiades pour ensuite rejoindre le port d’attache par l'Australie du Sud et de l'Ouest avec une arrivée prévue à Paris en juin 1789. Mais La Pérouse et ses équipages disparurent corps et biens après Botany Bay. Un naufrage des deux navires près de Vanikoro est fortement envisagé.

En 1828, le commandant Dumont d’Urville retrouvait l’épave de l’Astrolabe sans la répertorier. Le La Pérouse pourra peut-être enfin la placer sur une carte !