-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Le chef de la Défense tire la sonnette d’alarme

Le chef de la Défense tire la sonnette d’alarme

 

Au cours d'une conférence de presse, le général aviateur Gerard Van Caelenberge, chef de la Défense, a commenté le budget. Son but : être franc envers ses militaires tout en tirant la sonnette d'alarme.

La conférence de presse a eu lieu le 18 novembre à Bruxelles. Le chef de la Défense a entamé son intervention en abordant la diminution du budget de la Défense. D'ici 2019, ce dernier représentera un demi pourcent du produit intérieur brut. Mais il a insisté sur le fait qu'outre les départs naturels, aucun licenciement n'aura lieu.

« En raison de la baisse du budget de la Défense, nous devons prendre des mesures drastiques », a déclaré le général aviateur Van Caelenberge. « Le budget alloué aux opérations et à l'entraînement sera raboté de 20%. Un pilote sur cinq ne volera pas. Une compagnie sur cinq ne s'entraînera pas. Un navire sur cinq ne naviguera pas. » La Défense devra revoir également son engagement opérationnel. Ainsi, l'opération actuellement en cours au-dessus de l'Irak est finançable jusqu'à la mi-juin 2015.

Le général aviateur Van Caelenberge a souligné l'importance de la polyvalence de la Défense. « Pas uniquement parce que personne ne connaît les dangers qui pourraient se présenter à l'avenir », a-t-il déclaré, « mais également parce que de nombreuses menaces demandent de nombreuses capacités. De plus, c'est à la Défense de proposer des options appropriées aux politiques quant à la manière de réagir face à une menace. Une force armée spécialisée réduit ces possibilités. Nous avons donc besoin de toutes les composantes. »

Malgré les écueils budgétaires, le général s'est montré confiant. « 2014 n'a pas été une année facile et 2015 ne le sera pas non plus. Mais je suis convaincu que nous pourrons emprunter la bonne voie afin de maintenir une bonne structure. »