-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Le chasseur de mines Crocus neutralise une bombe d'avion de la Seconde Guerre mondiale

Le chasseur de mines Crocus neutralise une bombe d'avion de la Seconde Guerre mondiale

 

Le 26 juin dernier, l’équipage du chasseur de mines belge Crocus faisait exploser une bombe de la Seconde Guerre mondiale. L’engin de 500 livres sautait en mer du Nord, à l’ouest de la ville de Vlissingen, et ce avec le concours de deux navires de la marine néerlandaise.

Les marines belge et néerlandaise collaborent depuis des années afin de nettoyer la mer du Nord, les eaux côtières et les embouchures des ports de leurs pays des mines et autres explosifs. Ce partenariat porte le nom de Beneficial Cooperation. En mer du Nord, où l’on trouve les routes maritimes les plus fréquentées au monde, on estime à des dizaines de milliers le nombre de mines et de bombes des Première et Seconde Guerres mondiales. La bombe d'avion détruite le 26 juin dernier était l'une d'entre elles.

« La Belgique est un pays maritime », déclarait le capitaine de vaisseau Carl Gillis, commandant des opérations auprès de l'état-major de la Défense. « Nous avons une petite côte mais elle nous donne un accès direct aux trois quarts des pays du monde. Les ports belges représentent un quart de toutes les marchandises expédiées dans le nord-ouest de l'Europe, plus de cinq pourcents de l'emploi en Belgique et pas moins de dix pourcents du PIB. Anvers est même le deuxième port le plus important d'Europe. Une journée sans navigation sur l’Escaut représente un coût économique d’environ cinquante millions d’euros. Il est donc extrêmement important de garder les ports et les voies maritimes de notre mer accessibles et navigables. »

Les actuels chasseurs de mines de la Défense ont cependant plus de trente ans. Ils atteindront leur fin de vie en 2023. Afin de garantir la sécurité et la navigation de nos cours d'eau et de nos ports, les ministres belge et néerlandais de la Défense signaient début 2018 un accord prévoyant l'achat de douze nouveaux chasseurs de mines.

Étant donné l'importance de la protection des voies navigables, la Belgique convenait avec les Pays-Bas de remplacer leurs chasseurs de mines et frégates respectives.