-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Le Battle Group européen fourbit ses armes

Le Battle Group européen fourbit ses armes

 

La Belgique commandera le groupement tactique de l’Union européenne (EUBG) durant le second semestre 2014. Plus de 3.000 militaires allemands, belges, espagnols, luxembourgeois, macédoniens et néerlandais seront alors en attente (stand-by) afin d’intervenir dans une zone de crise. Pour ce faire, l’EUBG vient de terminer une autre phase de sa préparation, à Grafenwöhr, en Allemagne.

Le camp de Grafenwöhr existe depuis 1907 et accueille, depuis lors, des milliers de militaires venus s’entraîner selon différents scénarios très réalistes. « Des personnalités viendront cet après-midi pour se recueillir sur ce site religieux », explique le capitaine Hughes Ostoja-Kuczynski, du centre de compétence de la Composante Terre, chargé de coacher les jeunes démineurs. « D’après nos informations, des opposants interviendront durant la cérémonie. Nous sécurisons la zone et fouillons chaque recoin, à la recherche d’un engin explosif. »

Le sol est passé au détecteur, les murs bordant l’église et même les arbres font l’objet d’une inspection minutieuse. L’odorat d’un berger malinois aide grandement la section de démineurs. « Les chiens nous permettent d’approfondir les recherches. »

Non loin du stand 256, un petit pont stoppe deux Piranha III équipés de canons de 90 mm (DF90) partis en patrouille. Les bords du pont abritent deux boîtiers reliés par des fils électriques. Après un moment de surprise et d’hésitation, le militaire belge qui dirige la patrouille fait appel à la Quick Reaction Force en réfléchissant à une mise en œuvre visant à désamorcer le piège.

Au stand 307, dans une maison en bois, une poignée de rebelles reçoivent la visite éclair d’un peloton sorti des bois et couvert par le carrousel incessant de quatre chasseurs F-16 américains. Les occupants de cette cache d’armes sont rapidement maîtrisés et gardés en respect. Les Belges découvrent alors l’endroit où sont dissimulées les armes. Des camions emmènent ensuite les prisonniers.

L’European Union Battle Group n’a pas encore achevé son entraînement. D’ici le 1er juillet prochain, d’autres exercices internationaux suivront. Démineurs, lanciers, troupes de reconnaissance et d’infanterie auront encore du pain sur la planche.