-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

La Normandie se prépare

La Normandie se prépare

 

Il y a septante ans, les plages de Normandie se transformaient en un immense champ de bataille. Ce jour-là, le D-Day, signifiait le début de la fin de la Seconde Guerre mondiale. Sa commémoration attire des centaines de milliers de personnes dans la région. Une dizaine de militaires du bataillon Bevrijding ­– 5 Linie prend également part à la cérémonie.

La foule frémit dans les villages côtiers de Normandie. De vieilles jeeps militaires, des camions et des motos conduits par des Anglais, des Américains et des Canadiens traversent les rues. Il semblerait que tout le monde occidental soit sur place pour commémorer le septantième anniversaire du Débarquement en Normandie.

Bien qu’aucun Belge n’ait combattu sur ce terrain le 6 juin 1944, ils ont tout de même joué un rôle important dans les mois qui ont suivi. Deux mois après l’invasion, la Brigade belge Piron est engagée. Ils se sont entrainés au Canada ainsi qu’en Grande-Bretagne durant l’Occupation et participent à la libération des côtes françaises, de la Belgique et des Pays-Bas.

« La Brigade Piron n’existe plus, mais ses traditions vivent toujours dans notre bataillon », explique le chef de corps du bataillon Bevrijding – 5 Linie, le Lieutenant-colonel Chris Vanhove. Avec ses hommes, il a visité le musée d’Utah Beach, l’une des cinq plages d’invasion. «  Il est important que nos jeunes militaires puissent voir ces plages. De cette manière, ils peuvent comprendre l’événement et toute son importance. »

Le 5 juin, les militaires ont pris part à une cérémonie organisée en l’honneur de la Brigade Piron, à Deauville. Ainsi, le bataillon montre qu’il n’oublie pas ses prédécesseurs.

Parmi les militaires belges, nous retrouvons le sergent Christian Dufrane. Son grand-père a fait partie de la Brigade Piron. « Je suis très fier de son travail et je suis content d’être ici. Durant la cérémonie, nous allons commémorer la brigade sur le Pont des Belges. Il l’a libéré avec des camarades et c’est tout à fait spécial pour moi. »