-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

La flotte de l’OTAN se bat contre les incendies

La flotte de l’OTAN se bat contre les incendies

 

Depuis le début de cette semaine, six navires de l’escadre de lutte contre les mines de l’OTAN (SNMCMG1) sont amarrés dans le port militaire de Zeebruges dans le cadre de l’exercice Sandy Coast 2018. Durant trois semaines, le navire-amiral, A960 Godetia, et ses chasseurs de mines s’entraineront afin de protéger leurs équipages contre les menaces maritimes et aériennes.

We keep our watch for maritime security est la devise du Standing NATO Mine Counter Measure Group 1 (SNMCMG1) et le personnel de l’escadre prend cette devise à la lettre. C'est la raison pour laquelle le personnel de l'escadre s’entraine à lutter contre les voies d’eau et les incendies lorsque les navires se trouvent à quai, ce qu’on appelle en jargon militaire : Harbour Fire.

Afin de rendre l’exercice le plus réaliste possible, un exercice de grande envergure a été organisé le jeudi 13 septembre à partir du navire-amiral belge A960 Godetia (navire de commandement et de soutien logistique).

Suite à un incendie dans la salle des machines, six membres de l’équipage ont été blessés. En raison du risque d’explosion, le chasseur de mines norvégien Maaloy, qui se trouvait à tribord du Godetia, s’est éloigné jusqu'au milieu du dock afin d’éviter la propagation du feu.

Très rapidement, les pompiers de la base navale sont arrivés en soutien. Malgré ce renfort, l’équipage ne parvenant pas à maîtriser l’important incendie, les pompiers civils ont été appelés. Trois équipes de pompiers, des zones de Bruges, Blankenberge et Knokke, sont arrivées afin de prêter main forte. Il est à noter qu’une équipe de pompiers spécialisés dans les incendies à bord de navires a rejoint le lieu de l’exercice.

En outre, l’équipe des pompiers de Bruges est intervenue avec un nouveau camion-échelle. Cet exercice fût, pour les pompiers, un moyen idéal de tester l’efficacité de l’évacuation de blessé à bord d’un navire militaire, dont les ponts sont encombrés de matériel.

C’est peut-être une catastrophe fictive, mais elle est néanmoins idéale afin de tester et d’évaluer tous les moyens et procédures en cas de calamité. Le MOST (Mine countermeasure vessels Operational Sea Training) était responsable pour l’organisation et l’évaluation de l’exercice.

Le défi d’un tel exercice demeure la communication et la transmission des ordres de commandement car les pompiers sont plus habitués à intervenir pour l’extinction de feu domestiques. Avec ses accès limités ainsi que sa structure particulière, un navire représente un fameux labyrinthe pour ces pompiers civils.