-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

La flotte de l'OTAN démine devant les côtes françaises

La flotte de l'OTAN démine devant les côtes françaises

 

Jusqu'à la fin de la semaine dernière, la flotte de lutte contre les mines de l'OTAN était active au large des côtes françaises. Sous commandement belge et en étroite collaboration avec la Marine française, elle recherchait des explosifs abandonnés au cours des deux guerres mondiales. 

La flotte Standing NATO Mine Countermeasures Group 1 (SNMCMG) a déminé plus de 90 kilomètres carrés au large de Dieppe avec le concours de la Marine française. Dans le cadre de cet historical ordnance disposal operation, celle-ci a trouvé six bombes d'avion et deux mines. 

Pendant la mission de déminage, l'équipage était soumis à un horaire de travail intensif comme lors d'une opération en zone de guerre. Grâce à ses efforts, chaque centimètre des fonds marins aura été cartographié et les explosifs historiques identifiés et neutralisés lorsque nécessaire. 

Le chasseur de mines allemand FGS Bad Bevensen avait embarqué une équipe de plongée portugaise. Cette dernière testait un drone avec ses homologues, à savoir le Remotely Operated Vehicle Pinguïn B3 destiné à l'identification et à la neutralisation de mines. 

L'autre drone surnommé Wilde Hilde pesant 1 350 kg était moins influencé par les forts courants de la mer du Nord. En effet, même par beau temps, ceux-ci peuvent compromettre la neutralisation d'explosifs. 

Cent treize objets ont été trouvés et identifiés et chaque identification réduit le danger lié au trafic maritime. 

La flotte SNMCMG1 est sous le commandement du capitaine de frégate belge Peter Ramboer. Avec son état-major, il a suivi les opérations depuis le navire amiral néerlandais HNLMS Mercuur. Outre ce dernier, la flotte se compose actuellement des chasseurs de mines allemand FGS Bad Bevensen, britannique HMS Cattistock, norvégien Otra et belge Narcis.