-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

La Composante Médicale se tourne vers l'avenir

La Composante Médicale se tourne vers l'avenir

 

La Composante Médicale organisait un congrès de deux jours portant sur la médecine de catastrophe et les risques de contamination CBRN. Les 3 et 4 octobre derniers, l'Hôpital Militaire Reine Astrid ouvrait ses portes à tous les partenaires du secteur médical. Ces deux jours permettaient de revenir sur deux aspects prépondérants : l'assistance médicale antérieure ainsi que ses enseignements.

Le congrès Disaster & CBRNe Medicine aura permis à la Composante Médicale, à l'hôpital militaire ainsi qu'au SPF Santé publique de rassembler leurs efforts. Médecine militaire et médecine de catastrophe sont, en effet, étroitement et historiquement liées. De nombreux principes de la médecine de guerre sont déjà intégrés depuis longtemps dans la médecine de catastrophe et sa gestion. Depuis les attentats terroristes du 22 mars 2016, d'autres techniques et principes de la médecine militaire ont trouvé écho au sein de l'aide civile.

Les menaces chimiques, biologiques, radiologiques, nucléaires et de nature explosives (CBRNe) ont également été abordées lors de ce congrès. Avec l'expansion de l'industrie chimique et des applications nucléaires civiles, la médecine CBRNe a fait son entrée dans la médecine civile.

« Pour nous, il est important de rester attentifs aux risques d'incidents majeurs pouvant survenir sur notre propre territoire. Telle est la leçon apprise après les attentats de Bruxelles et de Zaventem », déclarait le médecin colonel Wouter Weuts, directeur de l'hôpital militaire. « Tous nos partenaires sont présents. Il est, en effet, très important de maintenir de bonnes relations, notamment grâce à ces deux jours. »