-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Journée de réflexion des officiers de Marine sur l'avenir

Journée de réflexion des officiers de Marine sur l'avenir

 

Le lundi 24 juin dernier, la Marine organisait la troisième édition de la "Journée de l'Officier". L'objectif était de réfléchir et d'échanger des idées sur l'avenir, le plan d'affaire et l'influence des changements prochains.

La journée débutait par le mot de bienvenue du chef d'état-major de la Marine, le capitaine de vaisseau Jan De Beurme. Ce dernier présentait sa vision de l'avenir de la Marine à l'horizon 2030 en soulignant la nécessité de cette journée. Il ne s'agissait donc pas d'une voie à sens unique où l'état-major de la Marine donnait des informations au corps des officiers sans aucune rétroaction.

Au cours de cette séance inspirante, le plan d'affaire fut au cœur des discussions des différents conférenciers. Le fer de lance, les objectifs, le personnel et les possibilités de faire encore mieux furent discutés. Avec la mise en service de ses nouvelles unités dès 2024, la Marine doit être ambitieuse compte tenu des nombreux travaux d'infrastructure nécessaires pour l'amarrage de la nouvelle flotte. En outre, la création d'une "Académie navale" dont Ostende sera l'épicentre, fut également discutée. Au lieu de terminer le site naval d'Ostende, la ville jouera un rôle important dans l'entraînement spécifique lié à la Marine. La formation générique se fera en coopération avec l'Ecole Supérieure Maritime d'Anvers et le VDAB. La création de cette nouvelle académie s'inscrit dans le cadre de la transition du Centre de compétence de la Marine. Outre la valeur ajoutée pour cette dernière, la ville d'Ostende et l'autorité portuaire autonome sont parties prenantes.

L'arrivée de nouveaux navires et l'impact de la construction d'une deuxième écluse maritime à Zeebruges constituent également un souci majeur. Comme les nouvelles unités seront une fois et demie plus grandes que les chasseurs de mines actuels et quatre fois plus lourdes, les quais devront être adaptés et renforcés. Mais la construction d'une deuxième écluse maritime pour le port de Zeebruges pose également des problèmes. Une partie du deuxième quai militaire disparaîtrait et que dire des bâtiments du MIK et du MOST qui y sont ?

Le manque de personnel fut ensuite abordé. Nous connaissons le problème et recherchons des solutions efficaces. Au lieu d'une carrière traditionnelle, nous devrions être flexible en tant que spécialiste, par exemple dans la lutte anti-sous-marine, ou l’officier est employé temporairement dans un état-major mais néanmoins disponible lorsqu'un navire a besoin d'un spécialiste sous-marin. 

La journée s'achevait par une allocution de l'amiral de division Wim Robberecht qui, en tant que chef de la Marine, soulignait la nécessité d'une telle journée en remerciant tous les officiers pour cette journée intéressante et constructive.