-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Interopérabilité explosive à l’Eurocorps

Interopérabilité explosive à l’Eurocorps


L’Eurocorps a dépêché ses éléments du génie à Ingolstadt, en Allemagne, pour un exercice réunissant des troupes allemandes, belges, espagnoles, françaises et luxembourgeoises. Durant une semaine, ces spécialistes en explosifs et décontamination ont partagé leurs expériences opérationnelles. Un mélange détonant !

EURETEX 2014 a rassemblé 300 militaires spécialisés en explosifs, en prévision météo, en décontamination ou en échantillonnage de substances toxiques. Ensemble, ils forment la capacité du génie de l’Eurocorps, caserné à Strasbourg. Ce dernier, un état-major bien expérimenté en opérations internationales, prendra la direction du groupe de combat européen en juillet 2016. Avant cette date, les différentes nations cadre fournissent des troupes pour que celles-ci apprennent à collaborer en parfaite harmonie et soient prêtes à travailler dès que le besoin se fera sentir. Le but final poursuivi par le commandement de l’Eurocorps est une interopérabilité précise entre les différentes composantes du génie : des cartographes espagnols analysent le terrain qu’emprunteront des sapeurs belges et allemands ; des démineurs bavarois sondent le sol d’un bâtiment qui sera investi par leurs compatriotes, appuyés par des Belges, sous la surveillance d’un drone allemand ; ou encore un véhicule blindé allemand est contaminé par un engin explosif. Hommes et matériel sont alors pris en charge par une équipe française spécialisée en décontamination.

Basé au quartier militaire Aubert de Vincelles, dans la banlieue strasbourgeoise, l’Eurocorps a été fondé en 1992. Il est actuellement commandé par le lieutenant-général belge Guy Buchsenschmidt. Cinq nations cadre le composent : la France, l’Allemagne, la Belgique, l’Espagne et le Grand-Duché de Luxembourg. La Pologne rejoindra le Corps européen le 1er janvier 2016.