-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Exercice B-FAST à Marche-en-Famenne

Exercice B-FAST à Marche-en-Famenne

 

Ces 23 et 24 octobre, le camp de Marche-en-Famenne accueillait un exercice B-FAST rassemblant 30 volontaires.

Le Belgian First Aid and Support Team (B-FAST) est une structure d'intervention rapide créée en 2003 afin d'envoyer des équipes d'aide d’urgence dans les pays touchés par une catastrophe de grande ampleur. Des équipes B-FAST sont notamment intervenues lors du tremblement de terre en Haïti ou encore aux Philippines, après le passage du typhon Haiyan.

Cet advanced training à Marche-en-Famenne avait comme premier objectif de travailler sur l’esprit d’équipe et la coordination. Les volontaires, issus de divers horizons (16 travailleurs de la Santé publique, 7 de la protection civile, 5 de la Défense et 2 Luxembourgeois de la structure Emergency.lu ), ont ainsi commencé leur journée de mercredi par un parcours d’obstacles qui faisait la part belle à l’entraide entre participants.

« Je suis content, les élèves sont très volontaires. Nous avons commencé par une activité de cohésion qui était assez physique. Et déjà les sourires sur cet exercice me montraient que le groupe partait dans le bon sens », confie le major Gilles du Bois d’Aische, représentant de l’état-major de la Défense au sein de B-FAST.

Après l’installation du bivouac, place à quelques cours afin de rappeler les différentes procédures en mission, les règles Safety et Security, comme par exemple la lutte contre le feu ou encore les gestes de premier secours.

L’esprit d’équipe des participants a encore été mis à l’épreuve en soirée lors d’un exercice de dropping : déposés au beau milieu de la forêt, ils ont dû retrouver leur chemin au seul moyen d’une boussole et d’un plan.

Jeudi, place à un cours d’UXO/Mine Awareness -afin qu’ils puissent reconnaitre des objets explosifs- mais aussi à un plus spectaculaire exercice de réaction aux incidents.

Différents contrôles routiers, embuscade : la réaction des participants était observée et ensuite débriefée afin de les préparer au mieux à la réalité du terrain.

« Ce n’est jamais qu’une situation, la réalité sera légèrement différente. Ils devront s’adapter mais ils auront déjà vu une fois cette situation », précise le major du Bois d’Aische.
C’est la quatrième fois que cet exercice advanced training est organisé. Une vingtaine de cadres ont été mobilisés et ont reçu des renforts ponctuels de 8 à 10 personnes, afin d’accueillir les 30 participants.