-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Égalité entre hommes et femmes à bord

Égalité entre hommes et femmes à bord

 

Presqu’un militaire sur dix en Belgique est une femme. Le second maître Hilde Bogaert est l’une d’entre elles. Elle travaille déjà depuis dix ans pour la Composante Marine. Lors d’une opération dans le Golfe de Guinée, elle nous donnait, fin mars, une visite guidée d’un jour dans sa seconde résidence, la frégate Léopold I.  

Le réveil retentit à six heures du matin dans le dortoir du second maître Hilde Bogaert. Elle est technicienne à bord de la frégate belge Léopold I depuis 2012. Elle accompagne, pour le moment, 150 membres d’équipage dans leur lutte contre la piraterie au large de la côte ouest de l’Afrique.   

Sa tâche à bord paraît simple : résoudre et prévenir des problèmes par des contrôles techniques réguliers. Les conditions de travail sont toutefois très contraignantes. « Nous pénétrons dans la salle des machines afin de remplacer une résistance défectueuse », précise-t-elle en enfilant sa tenue de travail verte. « Entre les moteurs, la température monte facilement à 45°C. Nous pouvons y travailler un maximum de 30 minutes. » 

Les lourdes tâches ne répugnent toutefois pas Hilde. Selon elle, les hommes et les femmes doivent pouvoir exécuter les mêmes travaux. « Anciennement, je faisais toujours partie de l’équipe », raconte-t-elle. Raison pour laquelle, j’ai choisi un métier masculin. Je savais que soulever un fût de 20 litres d’huile et travailler avec de gros outils seraient dans mes attributions. Je ne rencontre pas le moindre problème avec cet aspect du métier. »   

Une dizaine de femmes travaillent à  bord pendant cette opération. Elles ont leurs propres douches, dortoirs et toilettes. « Vous remarquez que nous sommes acceptées à bord », poursuit Hilde. Les principaux problèmes sont réglés au bout de quarante ans. » 

Le Léopold I rejoindra Zeebruges, son port d’attache, le 23 avril. Familles et amis attendront les membres d’équipage sur le quai. L’époux et le beau-fils de Hilde seront également impatients. « Ma famille me manque, c’est évident », conclut-elle. « La première chose que je ferai sera de les embrasser quand je rentrerai. Puis, je ferai tourner une machine à laver avec ma propre lessive comme de coutume. Le parfum fera ensuite que je me sente vraiment à la maison. »