-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Du sang, de la sueur et des larmes à Tournai

Du sang, de la sueur et des larmes à Tournai

 

Du 21 au 23 mai, le quartier de Tournai accueillait diverses unités nationales et internationales de l’armée et de la police. Chaturanga, un parcours militaire parsemé de 34 obstacles, aura vu défiler 62 équipes pendant trois jours. Ces dernières les auront franchis le plus rapidement possible.

Chaturanga est accessible à toutes les unités de la Défense. Mais des unités de la police, des militaires ainsi que des officiers de police étrangers peuvent également y participer. Sa fréquentation est très cosmopolite : des militaires français, des agents luxembourgeois, des membres d'unités spéciales et, bien entendu, des militaires belges parcouraient le quartier de Tournai.

Pendant Chaturanga, la résistance est le maître-mot. Les distances ne sont pas importantes et les meilleures équipes achevaient le parcours en moins de 16 minutes. Cependant, les obstacles physiquement très éprouvants s’y enchaînent rapidement.

Afin de rendre l’ensemble plus exigeant, les organisateurs avaient également prévus deux épreuves de tir disséminées dans ce parcours physique. Tirer debout avec un pistolet 5.7 après vingt obstacles dans les bras et les jambes n'est pas une sinécure !

62 équipes de quatre participaient à cette 34e édition. Comme chaque année, l’organisation était confiée au Département logistique du Centre de compétence de la Formation Appui. 

L’équipe des unités spéciales de la police fédérale (DSU) remportait l’épreuve haut la main. Elle atteignait l'arrivée après 15 minutes et 43 secondes. L'Unité Spéciale de la Police luxembourgeoise obtenait la deuxième place avec 18 minutes et 26 secondes. Plus rapide que les Luxembourgeois avec 17 minutes et 3 secondes, l’équipe A du 3 Bataillon de Parachutistes dut se contenter d’une troisième place à cause d’un plus faible score lors d’une épreuve de tir.