-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Douze nouveaux navires de lutte contre les mines pour les Marines belge et néerlandaise

Douze nouveaux navires de lutte contre les mines pour les Marines belge et néerlandaise

 

Le contrat pour la construction et la maintenance de douze nouveaux navires de lutte contre les mines a été attribué au consortium Naval Group / ECA Robotics. Ces bâtiments destinés aux Marines belge et néerlandaise seront équipés de drones à déploiement modulaire. Les deux gouvernements donnaient leur accord ce 15 mars. L'appel d'offres européen fut géré par la Défense belge mais les deux pays faisaient partie de l'équipe d'évaluation des offres.

Début 2018, le ministre de la Défense belge et son homologue néerlandais signaient un protocole d'accord afin d’acquérir conjointement la nouvelle capacité de déminage. Ceci afin de réduire le prix d'achat et de maintenance par navire. Les navires actuels ont plus de trente ans et arriveront en fin de vie en 2023. La future capacité utilisera des systèmes non habités en surface, au-dessus du niveau de l’eau et sous l’eau afin de détecter puis neutraliser des mines. Grâce à cette nouvelle méthode de travail, le vaisseau-mère et son personnel pourront rester hors du champ de mines car seuls les drones y seront actifs.

Les mines marines sont des armes relativement peu coûteuses et disponibles. Elles peuvent aisément empêcher l'accès aux ports et aux voies navigables. Un incident survenu sur l’Escaut ou dans la mer du Nord peut représenter une perte économique quotidienne de cinquante millions d’euros. Garantir la sécurité des voies navigables et des ports est donc crucial pour notre économie. Chaque semaine, nos navires sont engagés. Ils participent à des missions internationales.

La Marine belge est reconnue depuis plus de 50 ans pour son expertise dans le domaine de la lutte contre les mines. Cette modernisation renforce sa position au sein de l'OTAN en tant qu'expert et pionnier dans le domaine. Elle coûte plus de deux milliards d'euros. Notre Marine attend le premier de ses six navires en 2023. Les Néerlandais seront livrés un an plus tard.