-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Des réservistes de la Marine reviennent d’Obangame Express

Des réservistes de la Marine reviennent d’Obangame Express

 

Cette année, trois officiers de réserve spécialisés de la Marine pouvaient participer à Obangame Express. Cet exercice dirigé par les États-Unis a lieu chaque année au large de la côte occidentale africaine.

Le United States Africa Command (US AFRICOM) mène des opérations militaires en Afrique de l’Ouest avec des partenaires régionaux. Tous souhaitent détruire, déstabiliser voire éradiquer les organisations extrémistes violentes qui constituent une menace internationale.

Les réservistes belges de la Marine furent envoyés par le Military and Maritime Trade, Interaction and Cooperation (M²TIC). La Belgique s’est engagée à aider les partenaires africains à se doter des capacités nécessaires à la sécurisation de la région.

Au Bénin, en Côte d’Ivoire et en Guinée, ils ont contribué avec les marines et les autorités navales à renforcer la sécurité maritime dans la région. En effet, les marines locales et leurs centres de coordination appliquaient divers scénarios ayant trait à la pêche illégale, à la piraterie, à la contrebande et aux opérations de recherche et de sauvetage. Ils peaufinaient également une coopération mutuelle dans l'approche transfrontalière d’incidents.

Les participants profitaient de l’occasion pour informer les ambassades belges locales du fonctionnement de notre Marine, du M²TIC et de leur contribution à la protection de nos intérêts en matière de commerce extérieur.

Dans le monde, le nombre d'attaques de pirates a considérablement augmenté au cours de l’année écoulée. Le Bureau maritime international de la Chambre de commerce internationale recensait 210 cas en 2018. Un an auparavant, on en comptait 180.

Les pirates se massent principalement dans les eaux situées au large des côtes de l’Afrique de l’Ouest. Le nombre d'attaques a plus que doublé dans le Golfe de Guinée. L'année dernière, six détournements de navires étaient signalés dans le monde. Tous avaient lieu dans les eaux situées entre la Côte d'Ivoire et le Congo. Sur 18 navires pris sous le feu, 13 l’étaient dans ce même Golfe de Guinée. En outre, les pirates frappant dans cette zone étaient responsables de 130 des 141 prises d’otages organisées et de 78 enlèvements de marins sur les 83 kidnappés contre rançon.

Cette coopération belge n'est qu'une partie d'une série de cours de formation dispensés par la Marine belge. Du 5 au 16 mai prochains, l'équipe Countermeasure Vessels Operational Sea Training (MOST) assurera la formation des équipages à bord des patrouilleurs de la marine béninoise. Fin 2019, le navire A960 Godetia sera engagé dans le cadre de la formation continue des militaires des pays partenaires dans le Golfe de Guinée.