-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Des mines et des VIP en mer Baltique

Des mines et des VIP en mer Baltique

 

L'escadre de lutte contre les mines de l'OTAN a fait escale ce 28 août 2013 dans la ville portuaire lituanienne de Klaipėda. Parmi les navires, figurait le chasseur de mines belge Narcis. L'équipage accueillait l'amiral de division Michel Hofman, qui visitait le dispositif Open Spirit avec d'autres autorités maritimes européennes.

« Three, two, one » criaient les haut-parleurs sur le navire lituanien Jotvingis avant que ne jaillissent l'eau et le sable quelques secondes plus tard. Un explosif de cinq cents kilos a fait détoner une mine située au fond de la mer. Les déceler, les identifier et les détruire sont les tâches principales de l'opération Open Spirit. « Cette année, nous avons déjà anéanti une dizaine de mines », explique l'amiral de division Michel Hofman. « Notre objectif est d'en rendre certaines zones totalement dépourvues. Ici, nous y sommes parvenus grâce à l'identification possible d'objets comme des épaves ou autres débris inoffensifs. »

Open Spirit est née d'une vocation solidaire : les pays expérimentés comme la Belgique ou les Pays-Bas soutiennent les nouveaux arrivants comme les États des pays baltes. Grâce aux centres d'entraînement comme Eguermin et le MOST, la Belgique figure en tête de liste des experts dans le domaine. Pourtant, notre Composante Marine bénéficie encore d'avantages dans sa participation à une opération comme celle-ci. « Nous vivons une situation win-win », précise l'amiral. « D'un côté, nous leur transmettons notre savoir. De l'autre, nous pouvons nous entraîner et tester de nouvelles techniques. »

En fin de parcours, Open Spirit 2013 affiche huit mines, quinze ancrages de mines et trois épaves de navires au compteur. Cette opération réussie rend donc la mer Baltique encore un peu plus sécurisée.