-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Des hélicoptères ouvrent le sommet de l’OTAN

Des hélicoptères ouvrent le sommet de l’OTAN

 

Les Hind tchèques, les Merlin danois, les Mangusta turques et les Black Hawk américains ne sont guère des appareils que l'on trouve généralement sur la base aérienne de Beauvechain. Vous pouviez pourtant les admirer mercredi dernier, et ce en raison du grand sommet de l'OTAN des 11 et 12 juillet organisé au siège de l'Alliance. Celui-ci s’ouvrait par un survol de 26 appareils.

Les chefs de gouvernement des pays de l'OTAN, notamment le président américain Donald Trump, la chancelière allemande Angela Merkel ainsi que notre propre premier ministre Charles Michel, avaient un aperçu de la capacité héliportée de l'Alliance lors de la cérémonie d'ouverture du sommet à Haren. Pas moins de treize pays avaient envoyé une délégation d'hélicoptères d'attaque et de transport en Belgique.

La formation comportait quatre groupes de cinq hélicoptères ainsi qu’un groupe de six appareils. Les vedettes en étaient incontestablement les hélicoptères belges A109. Ils menaient chaque groupe et prenaient une large part dans la formation : pas moins de cinq hélicoptères provenaient du 1 Wing belge. Avec un A109 servant de réserve et trois autres appareils gardant l'espace aérien de Bruxelles dans le cadre de l'opération Joint Umbrella, neuf hélicoptères A109 étaient impliqués dans ce sommet de l'OTAN.

Les pilotes belges sont habitués à voler en formation et s'y entraînent régulièrement. « Cependant, ce n'est pas le cas de tous les pilotes », expliquait « Pikke », chef de cette formation : « Aujourd’hui, la particularité est de tout expliquer de A à Z parce que des pilotes volent aux côtés de collègues qui ne sont guère habitués à de telles figures. Avant le vol, nous revoyons tout dans le détail, du décollage à l'atterrissage, lors d’un briefing. »