-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Des Belges toujours actifs en Afghanistan

Des Belges toujours actifs en Afghanistan

 

Des militaires belges travaillent toujours dans le cadre de la mission de l'OTAN Resolute Support en divers lieux de l'Afghanistan. Depuis le quartier général à Kaboul et le camp Marmal à Mazar-e Sharif, ils œuvrent à l'émancipation de la politique afghane et de ses services d'ordre.

Par le biais de la mission Resolute Support, l'OTAN tente de transférer le plus rapidement possible des compétences de gestion et de maintien de l'ordre aux Afghans. Pour ce faire, elle a mis en place six Train-Advise-Assist Commands (TAAC).

Au début de la mission, l'accent était mis sur la formation des forces armées afghanes. De nos jours, l'accent est davantage mis sur le conseil et l'assistance, notamment dans le domaine administratif. Les forces armées afghanes opèrent de plus en plus indépendamment, en particulier leurs forces spéciales et leur force aérienne. Le siège de l'OTAN à Kaboul les soutient toujours dans leurs opérations de planification et de traitement de l'information.

À Mazar-e-Sharif, quartier général du TAAC North, 54 Belges participent à l'opération Resolute Support. Avec des collègues provenant de vingt pays, ils collaborent dans diverses branches comme le Resolute Support Air Wing. Cette dernière inclut, entre autres, la collecte d'informations grâce aux drones Heron.

Des Belges travaillent également dans l'hôpital de campagne international au sein des groupes consultatifs multinationaux (Multinational Advisory Groups). Ceux-ci ont des contacts sur le terrain avec des militaires afghans et la Support Task Force qui veille à la sécurité et à l'appui logistique dans le camp.
Un nouveau détachement poursuivra très prochainement notre contribution à cette mission de l'OTAN en Afghanistan. À la fin de cette année, nos spécialistes des menaces chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires (CBRN) et de neutralisation d'explosifs EOD reviendront définitivement. D'autres pays de l'OTAN reprendront ensuite leurs tâches.