-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Des Belges dans une opération maritime des Hollandais aux Caraïbes

Des Belges dans une opération maritime des Hollandais aux Caraïbes

 

Des Belges ont embarqué à bord du L801 Zr. Ms. Johan de Witt de la Marine Royale néerlandaise avec l'état-major NLMARFOR dans le cadre de l'exercice "Deployment Caribbean Archer" dans les Caraïbes. Le déploiement a comporté deux parties, dont un exercice HADR/NEO (Humanitarian Aid and Disaster Relief/ Non-combatant Evacuation Operation).

Au cours du transit, il n'y avait pas de vent et c'était agréable d’y naviguer. Néanmoins, les services météo du bord ont gardé un œil sur certaines dépressions qui se formaient lors de notre traversée depuis l'Afrique de l'Ouest vers les Caraïbes. L'une de ces tempêtes est finalement devenue l'ouragan "Dorian" qui, avec des vents de plus de 300 km/h, a principalement inondé les Bahamas.

En plus de l'exercice, le personnel a été chargé de préparer un éventuel déploiement pour une aide d'urgence. Lorsque les premières images de l'ouragan, et des dégâts qu'il a causés, sont apparues, tout le monde a compris que le navire allait être déployé dans la zone.

L'état-major néerlandais a annulé l'exercice HADR et l'équipage a été affecté à l'opération "Disaster Relief" dans les Bahamas. 50 militaires français et 50 allemands sont arrivés à bord à Sint-Maarten, complétés par 200 soldats néerlandais supplémentaires chargés des premiers secours.

La partie la plus touchée de l'archipel était les îles "Abaco". Le Zr.Ms. Johan De Witt a pris la relève du navire de soutien anglais RFA Mounts Bay qui fournissait une aide d'urgence depuis une semaine.

Malgré l'aide de ce navire, d'une douzaine de navires de garde-côtes et de navires militaires américains, et l’aide de nombreuses organisations civiles dont les Nations-Unies et la Croix-Rouge, la désolation totale de l'île est toujours aussi grande : toutes les maisons, les bâtiments et les infrastructures ont été balayés par les eaux. Là où autrefois il y avait des bidonvilles avec des réfugiés haïtiens, il n'y a plus rien.

Les navires néerlandais Zr.Ms. Johan de Witt et Zr.Ms. Snellius ont offert leur aide le plus rapidement et le mieux possible dans des conditions météorologiques difficiles : nourriture, eau, médicaments et surtout du carburant pour faire tourner les générateurs étaient nécessaires.

Un pont vital a été reconstruit, des hôpitaux ont été dépannés et des villages reculés ont aussi été atteints là où personne n'avait encore pu aller. La population était très reconnaissante et donc notre sécurité n'a jamais été menacée. Pendant dix jours, les militaires ont aidé la population, en menant toute une série d’actions. La coopération avec les autorités civiles était très intense. Et avec du recul, nous pouvons parler d'une mission très réussie.

Le Zr.Ms. Johan De Witt est un Landing Platform Dock (LPD). Ce navire est aussi une des plate-formes de commandement avancée européenne. Le navire est construit pour des opérations amphibies, des actions menées à la périphérie de l'eau de mer et de la terre. L’éventail des rôles du LPD est très important. Le navire peut être utilisé pour fournir de l'aide suite à une catastrophe naturelle, combattre la piraterie, servir d'hôpital d'urgence maritime et bien sûr, il dispose de la possibilité de faire débarquer quelques centaines de marines, de chars, de camions au moyen de péniches de débarquement. Si nécessaire, il peut encore mettre en œuvre des hélicoptères depuis son pont d’envol.

Le navire est d'une conception unique en ce sens qu'il peut servir de quartier général maritime pour plus de 50.000 unités se trouvant à terre, en mer et dans les airs. Le LPD dispose également de grandes installations médicales, rares au sein de l'OTAN et de l'UE.