-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Cours OTAN de lutte contre les mines à EGUERMIN

Cours OTAN de lutte contre les mines à EGUERMIN

 

Depuis le lundi 23 septembre, à l'École de Guerre des Mines EGUERMIN d'Ostende, un nouveau cours sur la chasse aux mines est organisé à l'intention des spécialistes en Mine Countermeasures (MCM) de tous les pays de l'OTAN. Jusqu'à la fin du mois d'avril 2020, dix-huit étudiants de Belgique, des Pays-Bas, des États-Unis d'Amérique, de Lettonie, du Danemark, du Canada, d'Espagne et d'Italie y participeront.

Avec la construction de nouveaux chasseurs de mines et le développement des boîtes à outils modulaires pour les systèmes de lutte contre les mines, il est important que les futurs spécialistes disposent du bagage nécessaire. Après tout, sur le plan économique, il est essentiel que les voies navigables et les détroits restent libres de mines en cas de tensions entre les pays.

La communauté des spécialistes de la chasse aux mines est réduite, mais le Centre d’excellence de l’OTAN, faisant partie d’EGUERMIN, fournira à l’avenir des informations importantes sur les nouvelles techniques de chasse aux mines.

Outre un aspect théorique, le cours sera essentiellement pratique incluant des exercices de simulation, de partage d'expériences, de planification d'exercices en temps réel, le tout en application de la doctrine de l'OTAN. 

L'École de Guerre des Mines belgo-néerlandaise EGUERMIN a été créée en vertu de l'accord de défense binational entre la Belgique et les Pays-Bas, signé le 17 mai 1965. Il stipule que les deux marines organiseront leurs stages de chasse aux mines à Ostende. L'école est également devenue l'un des centres d'excellence de l'OTAN dans la lutte contre les mines navales.

L’établissement assure la formation et l’entraînement du personnel naval belge et néerlandais dans le domaine du déminage naval. Il assiste et conseille les commandements opérationnels (bi)nationaux.

Depuis le début des cours internationaux en 1975, des milliers d'étudiants de l'OTAN et d’autres pays ont fréquenté l'école, créant une camaraderie et une compréhension mutuelle dans le domaine difficile de la lutte contre les mines.