-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Common effort : exercice catastrophe à Gand

Common effort : exercice catastrophe à Gand

 

Le 26 février dernier, l’exercice catastrophe Common Effort se déroulait dans le port de Gand. La Défense était impliquée dans l’organisation générale et dans l’appui logistique. Elle fournissait également des experts dans des domaines civils.

La province de Flandre-Orientale est dotée de nombreuses infrastructures industrielles qui présentent potentiellement un risque de grande ampleur en cas d’incident : centrale nucléaire, ports, industries Seveso, pipelines, etc. Si tout est mis en œuvre pour minimiser les risques, il est de la responsabilité des autorités civiles et militaires de se préparer à réagir en cas d’accident majeur. La coordination entre les différents services de secours et les procédures décisionnelles figuraient parmi les objectifs de l’exercice.

Le scénario prévoyait une journée portes ouvertes sur les quais de l’entreprise civile Ghent Transport & Storage. Une explosion proche d’un silo de carburant provoquait ensuite un grand nombre de victimes parmi les visiteurs et déclenchait l’alerte provinciale.

Durant les heures qui suivirent, les différents corps d’assistance civile se coordonnaient pour sécuriser le périmètre de l’accident et porter secours aux blessés.

Les pompiers, les secours médicaux, la police et la protection civile accomplissaient leurs tâches sous la coordination d’un centre de commandement opérationnel de crise situé dans les bâtiments de la commune d’Evergem. Sur les lieux de l’accident, une cellule de soutien psychologique de crise était également dépêchée.

La cellule Burn Team du service des grands brûlés de l’Hôpital militaire Reine Astrid était également engagée et amenée sur les lieux par un hélicoptère NH90 Caiman parti de Coxyde. Deux victimes furent transportées par le même hélicoptère jusqu’au centre des grands brûlés de Neder-Over-Heembeek.

Six cents personnes dont 50 militaires étaient mobilisés pour participer à cette manœuvre. « À l’issue de l’exercice, participants et évaluateurs se déclaraient très satisfaits du déroulement du scénario et de l’implication de tous », précisait le commandant Snauwaert, membre du commandement de la province de Flandre-Orientale. « Une période d’évaluation au sein de chaque service vient de débuter. Les conclusions seront partagées dans quelques semaines. À l’avenir, la première leçon de cet exercice sera de recourir davantage au service fédéral Be-Alert », concluait-il.