-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Charles Michel visite le détachement belge en Estonie

Charles Michel visite le détachement belge en Estonie

 

Le 20 février dernier, Charles Michel, actuel premier ministre, rencontrait le personnel du détachement belge déployé en Estonie.

En marge d'une rencontre bilatérale avec son homologue finlandais Juha Sipilä, Charles Michel quittait Helsinki pour Tallin avant de se rendre dans la région de Tapa où sont déployés les militaires du contingent EST 19-01.

Deux cent cinquante hommes et femmes y sont engagés depuis janvier dernier au sein d'un bataillon multinational placé sous commandement britannique.

Charles Michel s'adressait d'abord aux militaires avant de prendre le temps de s'entretenir avec eux. « Je voulais témoigner de mon estime et de celle du gouvernement pour le travail réalisé au quotidien par les militaires en opération », entamait-il. « De l'insécurité et de l'instabilité subsistent à quelques heures d'avion de la Belgique. La mission que ce détachement effectue en Estonie a donc du sens car elle participe à la sécurité de notre pays et à celle de l'Europe par une présence dissuasive en faveur de la paix. »

Il précisait : « Je voulais aussi capter le ressenti du personnel sur le terrain ainsi que ses attentes vis-à-vis des autorités politiques quant à l'avenir de la Défense. J'ai beaucoup apprécié ces échanges sans le moindre filtre. Le courage de ces gens, leur motivation, la parfaite compréhension de leur mission ainsi que leur engagement ont retenu toute mon attention. J'ai été particulièrement intéressé par la manière dont les militaires gèrent l'éloignement prolongé avec leur famille. Ils vivent une situation peu banale par rapport à d'autres professions. »

Et Charles Michel de conclure : « Nous avons réalisé ce que nous avions dit. Pendant de nombreuses années, la Défense a été utilisée pour réaliser les assainissements budgétaires du pays. Cette législature aura stoppé le déclin systématique des dépenses militaires. Pour la Défense, le cours de l'histoire a été inversé puisque des choix d'investissements en matériel ont été décidés pour un montant total de neuf milliards d'euros. Ceci dans une logique européenne de défense et afin de rester un partenaire loyal de l'OTAN. Mon regard sur l'avenir de ce département se veut optimiste bien qu'il se trouve face à un défi démographique. Cette législature s'est concentrée sur le matériel mais dans les cinq prochaines années, la stratégie du recrutement sera essentielle. Des milliers de jeunes pourront ainsi découvrir un métier passionnant et très diversifié. »