-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

« 2018 sera une année de vérité »

« 2018 sera une année de vérité »

 

Pour le général Marc Compernol, chef de la Défense, « 2018 sera une année de vérité pour notre département. » C'est ainsi qu'il s'exprimait le 25 janvier dernier lors de son discours de Nouvel An au Musée royal de l'Armée devant un parterre de généraux, de journalistes et d'autres parties prenantes de la Défense.

« 2018 sera une année de vérité sur le plan opérationnel », déclarait le général. Le 17 janvier 2015, quelque 350 militaires étaient déployés dans les rues de Bruxelles, d'Anvers, de Liège et de Verviers pour soutenir la police. « Je ne peux imaginer meilleur recours à un rempart. Entretemps, notre département aura occupé le devant de la scène depuis trois ans au lieu de rester en coulisse. »

La décision de revenir au niveau 2 de la menace permettra aussi à la Défense de fonctionner à nouveau normalement. « Les militaires seront à nouveau disponibles pour l'entraînement et les opérations à l'étranger. Parce que c'est là que débute la sécurité de nos compatriotes. »

Pour la Vision Stratégique, le plan qui vise à transformer la Défense à l'horizon 2030, 2018 sera également une année de vérité selon le général Compernol. Cette année, le gouvernement signera des contrats d'achat pour de nouveaux avions, navires et véhicules à concurrence de dix milliards d'euros. « Des dizaines de programmes ont été préparés, des accords et des déclarations d'intention ont été signés, des prospections et des évaluations sont en cours. Il ne reste qu'à signer les contrats. »

Ces investissements dans de nouveaux équipements sont indispensables mais la technologie ne se suffit pas à elle-même. Sans soldats, point de Défense, le général Compernol le sait bien. Il n'est donc pas surprenant qu'il ait insisté sur le recrutement durant son discours : « Jobs, jobs, jobs ou mieux encore : recrutement, recrutement, recrutement », a-t-il précisé.

C'est pourquoi la Défense doit se développer sur le marché du travail malgré des perspectives peu encourageantes. « En 2020, pour 100 personnes quittant le marché du travail, seulement 78 jeunes le rejoindront. Si la Défense veut rester compétitive dans un tel environnement, nous devrons oser des parcours professionnels alternatifs et coopérer avec les secteurs privé et public. » Raison pour laquelle le général sollicite les entreprises afin de dégager conjointement des solutions à cette pénurie sur le marché du travail.

Lisez l'interview intégrale du CHOD dans notre magazine digital DBriefing.