-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Vols en Belgique

Les vols en Belgique

Vols à basse altitude

Pourquoi est-il nécessaire de voler à basse altitude ?

La Défense met ses avions et ses hélicoptères à disposition de l'Union Européenne (UE), de l'Organisation des Nations Unies (ONU) et de l'Organisation du Traité Atlantique Nord (OTAN) dans le but de participer à des missions de résolution de conflits, des missions de maintien de la paix ou des missions humanitaires. Les dernières années de conflits ont montré que les avions et les hélicoptères sont essentiels pour soutenir les troupes au sol et engager des cibles terrestres.

Quand les avions sont soumis à une menace terrestre, le pilote a deux possibilités:

  • Il/Elle peut voler à moyenne ou à haute altitude afin d'éviter les missiles et artillerie sol-air. En effet, même à ces altitudes nos avions restent performants grâce à leurs systèmes d'armes modernes.
  • Il/Elle peut voler vite et bas afin d'éviter la menace terrestre.

Voler à basse altitude est donc nécessaire pour entrainer nos pilotes à rester opérationnels pendant les missions à l'étranger.

Quelle est l'altitude minimale à laquelle nos avions peuvent voler ?

Pendant les vols à basse altitude les pilotes doivent respecter la règlementation en vigueur.

Ci-dessous vous trouverez un résumé des règles les plus importantes :

Pour limiter les nuisances sonores et les dangers d'une collision avec un obstacle, une altitude minimale de sécurité a été fixée à 1000 pieds (+/- 300 mètres) pour les avions à hélices et à réaction, 500 pieds (+/- 150 mètres) pour les avions légers à hélices et 150 pieds (+/- 45 mètres) pour les hélicoptères.

Des exceptions à ces règles générales existent et concernent entre-autres les villes, les zones industrielles et les zones à forte densité de population. Ces zones sont évitées au maximum ou sont survolées à plus haute altitude.

De plus, il existe des zones spécifiques pour les entrainements militaires dans lesquelles il est permis de voler plus bas que la règlementation générale :

  • Low Flying Area Ardennes (LFAA): Zones de vol à basse altitude dans lesquelles les jets et les avions de transport sont autorisés à descendre jusqu'à 250 pieds (+/- 75 mètres). Elles sont situées dans le sud du pays, là où la densité de population est la plus faible.
  • Helicopter Training Area (HTA): Zones de vols à basse altitude pour les hélicoptères dans lesquelles nos hélicoptères sont autorisés à voler à ras du sol tant qu'ils ne mettent pas en danger des personnes, des animaux, la nature,... Ces zones sont réparties sur tout le territoire, principalement au Nord et à l'Ouest de notre pays. Il existe aussi des « HTAA » (Helicopter Training Area Ardennes). Ces zones se trouvent en dessous des « LFAA ».

La carte donne un aperçu de la position de ces zones.

Quand ces zones spécifiques aux entrainements militaires sont-elles activées ?

Les Low Flying Area Ardennes (LFAA) sont uniquement ouvertes aux avions du lundi au vendredi de 08h30 à 12h00 et de 13h30 à 17h00. De plus, elles sont fermées durant les mois d'été, du 01 juin au 15 septembre.

Les Helicopter Training Areas (HTA) sont ouvertes du lundi au vendredi de 08h00 à 24h00.

Ces zones spécifiques aux entrainements militaires (LFAA et HTA) sont aussi fermées pendant les jours de congés officiels :

  • Nouvel An (1er janvier)
  • Pâques et le lundi de Pâques (date variable)
  • Fête du travail (1er mai)
  • Ascension (6ème jeudi après Pâques)
  • Pentecôte et lundi de Pentecôte (7ème dimanche et lundi après Pâques)
  • Fête Nationale (21 juillet)
  • Assomption (15 Août)
  • Toussaint (1er novembre)
  • Armistice (11 novembre)
  • Noël (25 décembre)

Pour les vols à basse altitude, la Défense s'engage à :

  • limiter le nombre de ces vols au minimum nécessaire afin de garder nos pilotes opérationnels;
  • tenir compte de la sécurité de la population;
  • afficher les exercices importants de vol à basse altitude sur notre site web;
  • évaluer continuellement la nécessité de voler à basse altitude;
  • limiter autant que possible les nuisances sonores et les inconvénients liés aux vols à basse altitude;
  • utiliser au maximum les domaines d'exercices militaires situés à l'étranger;
  • répondre à toutes les demandes d'informations concernant les vols à basse altitude.

Quelles sont les règles d'application pour les vols de nuit ?

Les règles d'application pour les vols de nuit à basse altitude sont les mêmes que celles énumérées ci-dessus. Aucun vol n'est autorisé entre 24h00 et 06h00. Du 1er juillet au 31 août, aucun vol de nuit n'est autorisé sauf pour les avions de transport et les missions de recherche et de sauvetage. Seul le Directeur des Opérations de la Composante Air peut donner l'autorisation de déroger à ces règles et ceci à titre exceptionnel.

Vols supersoniques

Lors de ces vols supersoniques, les F-16 volent plus vite que la vitesse du son. Le passage du mur du son s'accompagne d'une onde de choc audible et définie par un coup ferme et fort.

Des vols supersoniques ne sont autorisés que dans des circonstances bien précises :

  • dans le cadre d'une interception d'urgence d'un avion non identifié dans l'espace aérien belge (QRA – Quick Reaction Alert) ;
  • dans le cadre de tests en vol après des activités de maintenance (Functional Check Flights) ;
  • dans le cadre de l'entraînement.

À l'exception du QRA, ces vols supersoniques ne sont autorisés que :

  • pendant les jours ouvrables de 8 à 12h et de 13 à 18h ;
  • à une altitude de minimum 12 000 mètres et pas au-dessus des grandes agglomérations.

Chaque année, quelque 80 vols supersoniques ont lieu au-dessus de la Belgique. Ils se déroulent principalement dans les provinces d'Anvers et du Limbourg ainsi que dans les provinces de Namur et du Luxembourg.

La plupart des vols supersoniques sont effectués dans le cadre de tests en vol. Pendant les vols d'entraînement au-dessus de la Belgique, on tente d'éviter de voler de manière supersonique. Des vols d'entraînement supersoniques se font, dans la mesure du possible, lors d'exercices à l'étranger et dans des zones appropriées.

articles récents

Année probante pour le SEDEE et le Sea King

Les militaires belges n’ont pas été engagés exclusivement à l’étranger. En Belgique, ils se préoccupent en permanence de prêter main forte à la nation. Une tâche de première importance comme le démontrent les chiffres de 2014.

Pilotes disparus dans les environs de Florennes

Plusieurs pilotes ont dû s'éjecter de leur avion et ont été localisés en territoire ennemi tenu par des hommes armés. Le niveau de risque est relatif, mais les forces d'extraction doivent rester sur leurs gardes. Voici l'un des scénarios mis en place pour le Combined Personnel Recovery Standardisation Course (CJPRSC) 14 organisé à Florennes et qui a débuté le 22 septembre.

Le Centre d'Information Maritime reçoit à nouveau l’aide des UAV

Depuis le début du mois de septembre, les avions sans pilotes (UAV) surveillent à nouveau les eaux territoriales belges. Ces opérations se déroulent au départ du Centre d'Information Maritime (CIM) situé à la base navale de Zeebruges.

Pages