-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Premiers sauts en parachute pour les Belges au Mali

Premiers sauts en parachute pour les Belges au Mali

 

Les 7, 8 et 9 avril, les instructeurs belges donnaient un cours de remise à niveau de sauts en parachute à une trentaine de soldats maliens. Quatre-vingts militaires belges ont également profité de la présence d'un avion C130 belge pour sauter.

Au Mali, les instructeurs belges prennent part à la mission européenne de formation EUTM pour contribuer à former l'armée nationale. Ils dispensent principalement des cours de base ainsi que des formations destinées aux instructeurs. Certains pays de la coalition donnent, de temps à autre, des cours plus spécifiques.

À Ségou, l’armée espagnole organise par exemple un cours de franchissement de rivières. Dans le même contexte, les Belges s’occupent d’une remise à niveau en matière de parachutisme auprès des membres du 33e Régiment malien de Parachutistes. Ce cours venait à point nommé.

« Pour la plupart des Maliens avec lesquels nous travaillons pendant cette période de formation, leurs sauts dataient de plusieurs années », explique le commandant Patrick Winnepenninckx, officier Opération & Training  du 3 Bataillon de Parachutistes. « Pour les parachutistes qui sautaient avec l’ouverture automatique, cela remontait déjà à quatre ou cinq ans. »

Pour les militaires du quartier général de la Brigade légère et ceux du 3 Bataillon de Parachutistes, sauter au Mali était une première. « Les procédures de saut sont exactement les mêmes qu'en Belgique » poursuit le commandant Winnepenninckx, « tant à bord de l’appareil que pendant le saut. Bien entendu, pouvoir sauter au Mali est la cerise sur le gâteau. »

Les sauts se sont déroulés sans incident. Un exploit car la zone d'atterrissage est parsemée de pierres saillantes avec un sol rendu extrêmement dur par la sécheresse. Mais comme l'a dit un des paras : « C’est toujours mieux que du béton ! »