-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

« L’équivalence entre hommes et femmes est plus importante que l’égalité »

« L’équivalence entre hommes et femmes est plus importante que l’égalité »

 

En 2015, le lieutenant-colonel Katrien D'Hert devenait le premier chef de corps féminin au sein de la logistique. Originaire de Flandre occidentale, elle commande le 18e Bataillon logistique à Bourg-Léopold et siège en tant que vice-présidente au NATO Committee on Gender Perspectives. En cette journée internationale des femmes, la raison de la mettre aujourd’hui à l’honneur devenait évidente.

L’intérêt du lieutenant-colonel D’Hert pour la Défense commence tôt. « J’étais encore en secondaire quand j’ai pris la décision de devenir officier. Ce qui me plaisait le plus était la diversité du travail : une combinaison des aspects académique, sportif et militaire. Vous pouvez, de plus, soigner votre carrière. Il s’agit donc d’un job parsemé de nombreux défis. »

Équivalence

Huit pour cent du personnel de la Défense est féminin. « On dit souvent que la Défense devrait être un reflet de la société. Pour moi, elle ne doit pas l’être car je trouve l'équivalence entre hommes et femmes beaucoup plus importante. » Les hommes et les femmes ont leurs propres atouts pour faire avancer l'armée. Selon le lieutenant-colonel D'Hert, là réside précisément la force de cette équivalence. « À la Défense, tous les emplois sont désormais ouverts aux femmes. Tout comme dans le civil, il existe toutefois des fonctions dans lesquelles les hommes ou les femmes se sentent mieux. Tant que l’équivalence permettra de s’adapter, il reviendra à chacun d’en faire bon usage. »

Rôle de l’OTAN

En termes d'équivalence, la Défense belge représente actuellement un juste milieu. Comme l'explique le lieutenant-colonel D'Hert : « Il est logique qu’un tel sujet soit traité à différents rythmes et cela se ressent également au sein du NATO Committee on Gender Perspectives (NCGP). La Suède, la Norvège ou l'Australie sont des précurseurs en la matière. En Belgique, des obstacles restent à surmonter, mais il est important que le processus mûrisse avec le temps. La bonne personne au bon endroit prime sur le sexe. »

Après trois ans en tant que représentante belge au NCGP, le lieutenant-colonel D'Hert en est maintenant vice-présidente. En juin 2017, elle reprendra la présidence du colonel Annicq Bergmans, première Belge à avoir déjà présidé le NCGP entre 2008 et 2009. « Le comité de l'OTAN a un rôle consultatif sur toutes les questions relatives à la Résolution 1325 du Conseil de sécurité de l'ONU qui a trait aux femmes, à la paix et à la sécurité. Le colonel Bergmans a fait œuvre de pionnière. C’est un honneur de reprendre cette tâche et j’espère que je pourrai y jouer un rôle tant à un niveau national qu’international. »

Au niveau national, le lieutenant-colonel D'Hert joue, dans tous les sens du terme, un rôle exemplaire. « Je suis le premier chef de corps féminin à la logistique. J’espère donc être un exemple pour les autres femmes. Juste en restant moi-même et en faisant mon travail le mieux possible. À l’instar de mes collègues, bien évidemment. »

Elle transmet encore un dernier message aux femmes qui souhaitent intégrer la Défense : « Si vous aimez relever des défis et vous investir, je n’ai qu’une chose à dire : rejoignez la Défense. Le travail y est polyvalent et les possibilités de carrière nombreuses. Tout le monde a la chance d’y trouver sa voie. »