-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Une frégate belge arrête cinq pirates présumés

Une frégate belge arrête cinq pirates présumés

La frégate belge Louise-Marie a intercepté une embarcation comprenant cinq pirates présumés, le dimanche 16 décembre 2012 vers 15 heures (heure locale). Ceux-ci font probablement partie du groupe qui a tenté d'attaquer le navire marchand MV Papua fin novembre. Le Louise-Marie participe à l'opération Eunavfor Atalanta au large des côtes somaliennes jusque février prochain.

Le 28 novembre dernier, le MV Papua rencontrait deux groupes armés équipés de grappins et d'échelles, à 500 miles nautiques des côtes. Ceux-ci bénéficiaient probablement de l'appui logistique d'un bateau mère dans la zone. L'équipe de sécurité privée du navire marchand a été en mesure de prévenir l'abordage. L'une de leurs embarcations a été régulièrement localisée depuis, par un avion patrouilleur de l'Eunavfor.

Le 12 décembre, alors qu'il quittait le port de Mombasa (Kenya), le Louise-Marie a reçu pour mission de rechercher et d'enquêter sur les pirates. Pendant que la frégate se rendait vers la zone incriminée, un avion de patrouille suédois a pu relocaliser l'embarcation suspecte le 15 décembre vers midi. L'hélicoptère du Louise-Marie sur place dans l'heure, était suivi du navire et de son équipe d'abordage (boarding team).

Suite aux sommations verbales, les pirates ont rapidement levé les bras. L'abordage a permis d'arrêter les cinq suspects. Leur embarcation, chargée à bord de la frégate, était dotée d'une échelle et d'un grappin. Aucune arme n'a été trouvée. Dans l'attente d'une possible poursuite judiciaire, les prévenus ont été soignés pour déshydratation, épuisement et malnutrition. L'un d'eux sera opéré par le chirurgien de bord pour un abcès au poignet.

Il s'agit de la troisième participation de la frégate Louise-Marie à l'opération Eunavfor Atalanta. Durant trois mois, le navire va contribuer à la dissuasion et la réduction des actes de piraterie au large de la Corne de l'Afrique. Selon son commandant, le capitaine de frégate Hans Huygens, cette action montre clairement que les unités d'Atalanta restent nécessaires dans cette zone.