-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

S’entrainer à sauver des vies

S’entrainer à sauver des vies

 

Le 28 septembre dernier, la Composante Médicale accueillait le ministre de la Défense Steven Vandeput à Grobbendonk dans le cadre de son exercice annuel grandeur nature nommé Green Light.

Une détonation, quelques tirs et une fumée épaisse d'où s'échappent quelques blessés. Le décor du scénario du jour est planté. Il donne le coup d'envoi de cet exercice d'ampleur qui vise à entrainer les modules médicaux qui seront déployés en appui à l'European Union Battle Group (EUBG) en 2018.

Au total, 270 participants issus de toutes les unités de la Composante Médicale mais également des participants de la Composante Terre ont été mobilisés pour cet exercice, et ce, tant au niveau de l'organisation que de la participation.

Toutes les phases sont testées. Du traitement et de l'évacuation des blessés du lieu de l'accident jusqu'à la sortie de l'hôpital de campagne. L'exercice est axé sur l'entrainement des procédures et protocoles médicaux avec une attention particulière sur les soins prodigués et la communication au sein de la chaîne de commandement. Sans oublier la rapidité d'intervention.

« Un hôpital de terrain est ce qui garantit que les vies seront sauvées. » souligne le lieutenant-colonel Marc Ongena, au centre de la coordination de l'entrainement. « Si un individu est grièvement blessé lors d'une opération, il est essentiel qu'il puisse être opéré le plus rapidement possible.»

Depuis 2012, la Composante Médicale intègre dans ses entrainements un nouveau processus d'évaluation importé des Pays-Bas. Cette méthode appelée Observer/trainer/Evaluator permet d'apprendre autrement de ses erreurs en promouvant l'auto-évaluation. Ainsi, les améliorations sont motivées de manière intrinsèque et sont plus facilement adoptées sur le long terme.

De nouveaux moyens didactiques d'éducation et d'entrainement sont également testés. Des simulateurs de patients ou, autrement dit, des poupées assez sophistiquées, peuvent mimer toutes les pathologies possibles. « L'intervention est rendue plus réaliste et ça aide à une meilleure réalisation du processus » précise médecin colonel Eric Mergny, médecin urgentiste.

Green Light a donc rempli ses objectifs : permettre aux protagonistes de s'exercer en conditions réelles et de tester leur inventivité et flexibilité face à l'imprévu et les situations de stress. Des qualités essentielles qui peuvent sauver des vies.