-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

« Protéger des troupes représente davantage que monter la garde »

« Protéger des troupes représente davantage que monter la garde »

 

Face au fleuve Niger, les Belges surveillent le camp d’entraînement de l’Union européenne dans la ville malienne de Koulikoro. Soixante militaires du Bataillon 12 de Ligne Pince Léopold – 13 de Ligne de Spa effectuent cette mission depuis décembre 2013. Une opération qui leur va comme un gant.

Le sable rouge malien colle aux bottines d’un soldat belge qui monte la garde. Un homologue malien laisse entrer un camion Unimog par la porte d’accès. « Les militaires maliens effectuent le premier contrôle de toute personne entrant dans le camp », explique le premier sergent-major Saucin, adjudant d’unité de la compagnie, lors d’une ronde dans le camp. « Nos gars se situent sur la deuxième ligne. Ils notent les entrées et les sorties. Nous savons donc si tous nos véhicules sont rentrés à la fin de la journée. »

Quelques secondes plus tard, le camion Unimog roule le long des barrages à l'intérieur du camp. À l’arrière de la voiture, deux soldats belges sont assis, leurs armes à la poitrine. « La protection des troupes ou force protection, représente plus que monter une garde », précise le premier sergent-major Saucin, alors que le camion passe devant nous.

« Nos gars partent tous les jours. » Ils escortent les véhicules sur la route jusqu’à la capitale de Bamako et protègent les instructeurs lorsqu’ils se déplacent vers la zone d'entraînement se situant à proximité.

L’implication belge à l’intérieur et autour du camp d’entraînement est cruciale pour la mission de l’Union européenne au Mali. Les instructeurs des 23 États membres de l'UE comptent sur nos militaires. « Nous garantissons la sécurité des instructeurs pendant qu'ils forment les militaires maliens à lutter contre les incidents dans le nord du pays », déclare le capitaine Christophe Bellefroid, commandant de la compagnie belge.

Outre l'escorte et la garde, les « Lignards » jouent un rôle de réaction rapide. Ils gardent en permanence un peloton complet d’une vingtaine de soldats prêts à intervenir en cas d'incident(s) ou d'accident(s).

Pour mener à bien leur tâche de protection, les militaires travaillent en collaboration avec les Espagnols. Ils se partagent la tâche. « Cette semaine, nos collègues espagnols ont escorté les instructeurs tandis que nous patrouillons dans le camp et ses alentours », raconte le capitaine Bellefroid. « Actuellement, nous sommes chargés de la protection des troupes. »

La confiance vis-à-vis des forces de protection et des Belges est grande. « Grâce à nos nombreuses missions en Afghanistan, nous avons acquis une grande expérience dans la garde et la patrouille », conclut le commandant de compagnie. « C'est un moyen idéal d’impliquer une grande partie de notre unité sur terrain opérationnel. »