-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Protections aériennes et terrestres permanentes

Protections aériennes et terrestres permanentes

 

Chaque jour s’enchaînent les missions de vol pour le détachement de F-16 en opération Desert Falcon au Moyen-Orient. Rien que la préparation, le vol et le débriefing prennent douze heures. Pour que le détachement puisse se focaliser sur les missions, une équipe néerlandaise se consacre à un aspect en soi très important : la protection de la base.

Un pilote arrive au quartier général opérationnel belge de la base aérienne. Il reçoit en mains propres un disque dur sur lequel est décrite sa prochaine mission. Il rend tout son matériel personnel et reçoit en échange une veste de survie. « La veste contient tout ce qui est nécessaire à la survie dans le cas où on tomberait en territoire ennemi », explique un des sept pilotes belges. « Dès que nous sommes passés par toutes les étapes informatives au quartier général opérationnel, nous nous dirigeons vers la flight line. »

L’ensemble de la préparation débute environ trois heures avant le décollage. Ajoutez ensuite les six heures que dure généralement une mission de vol et l’évaluation au retour au sol et vous arrivez à une douzaine d’heures de travail par pilote. Les techniciens ont également de quoi faire avec l’entretien des six avions de chasse et de l’armement. Pendant que les Belges se concentrent sur leur travail, ils peuvent compter sur la Défense néerlandaise pour assurer leur sécurité.

« Aucune unité ne peut décemment travailler sans que sa sécurité ne soit garantie », rappelle le chef de détachement néerlandais. « Raison pour laquelle se trouve une équipe néerlandaise de protection des troupes à chaque entrée de chaque lieu de travail ou repos des Belges. » En plus de spots aveuglants, de barrières et de clôtures, les Néerlandais disposent de quelques chiens, qui sont surtout importants de nuit. « Nous disposons d’une grande gamme de moyens, mais l’important  est surtout la disposition mentale de nos hommes », continue le chef de détachement. « En s’entrainant régulièrement et en faisant beaucoup de sport, nous les gardons vifs et motivés. »

Le détachement actuel verra la fin de sa mission début novembre. D’autres Belges et Néerlandais prendront alors le relais de cette mission F-16, et ce jusqu’à l’été prochain.